Meilleures Ventes

  • 1. Je t'aimerai toujours

    Une mère berce son bébé en lui chantant des mots tendres. Au fil des pages, le bébé grandit et devient un enfant, puis un adolescent, puis un adulte sans que jamais ne le quittent cette berceuse et, avec elle, l'amour inconditionnel de sa mère. Un jour, trop vieille et trop malade, la mère ne parvient pas au bout de sa chanson.
    Avec ses mots à lui, son fils la termine et, de retour chez lui, chante à son tour à sa petite fille ce refrain qui a bercé sa vie entière.
    Un livre monument qui en dit beaucoup sur l'amour indéfectible qui nous lie à nos enfants, et sur ce que nous leur transmettons de nos propres parents.

  • 2. Grand-peur et misère du IIIème Reich

    Sous le nazisme, la peur et la misère affectaient toutes les couches de la société allemande, l'intelligentsia, la bourgeoisie, la classe ouvrière. Il y a certes le courage de la poignée de militants qui, au mépris de tous les dangers, publient une littérature illégale. Mais il y a aussi la capitulation, face à la terreur, d'une trop grande part de l'intelligentsia. C'est ce qu'a voulu montrer Brecht, d'abord à ses compatriotes exilés, autour des années 1938, en écrivant la trentaine de courtes scènes, inspirées de la réalité même, de Grand-peur et misère du IIIe Reich.
    La pièce naît en 1934 de la volonté de Brecht et de Margarete Steffin, de rassembler un matériau composé de coupures de presse et de témoignages sur la vie quotidienne en Allemagne sous la dictature hitlérienne. Le titre fait allusion au roman Splendeurs et misères des courtisanes de Balzac, et inscrit donc la pièce dans une lignée de peintures naturalistes de la société allemande de l'avant-guerre, brossant un large tableau allant du monde ouvrier à la magistrature en passant par la petite bourgeoisie.
    La création de huit scènes aura lieu en mai 1938 à Paris devant un public essentiellement composé d'émigrés. Certaines scènes seront également publiées dans des revues d'émigrés visant à alerter l'opinion publique sur la réalité de la dictature en Allemagne et signalant le danger d'une guerre imminente. On y voit tour à tour la bourgeoisie, le corps médical, la justice, les enfants, les prisonniers, etc. évoluer face au régime.
    Ce n'est cependant qu'après la Seconde Guerre mondiale que la pièce rencontre son succès, car elle montre, comme le disait Brecht lui-même, " la précarité évidente du IIIe Reich, dans toutes ses ramifications, contenue uniquement par la force ".
    Aujourd'hui encore, Grand-peur et misère du IIIe Reich résonne comme un avertissement contre toute forme de système absolu et reste l'un des textes clés du vingtième siècle et au-delà. C'est un manifeste qui invite à lutter contre toute forme politique basée sur la discrimination et sur la crainte.

  • 3. DAC : la déconstruction de l'analyse constructive

    Entre analyse loufoque du monde moderne et journal intime, la nouvelle bande dessinée de David Snug dézingue allègrement les certitudes et les travers de ses contemporains... en commençant bien sûr par lui-même?!
    2020 : David Snug, toujours allocataire du RSA, se retrouve confiné dans son studio parisien avec pour seul interlocuteur Vendredi, une chaussure qui parle. Pour ne pas finir zinzin, comme disent les jeunes, il va confier à sa nouvelle amie ses réflexions sur la folie du monde, ses fantasmes de futur dictateur amateur, et ses souvenirs de concert avec Trotski Nautique.

  • 4. La traversée des temps t.1 ; paradis perdus

    Cette Traversée des temps affronte un prodigieux défi : raconter l'histoire de l'humanité sous la forme d'un roman. Faire défiler les siècles, en embrasser les âges, en sentir les bouleversements, comme si Yuval Noah Harari avait croisé Alexandre Dumas. Depuis plus de trente ans, ce projet titanesque occupe Eric-Emmanuel Schmitt. Accumulant connaissances scientifiques, médicales, religieuses, philosophiques, créant des personnages forts, touchants, vivants, il lui donne aujourd'hui naissance et nous propulse d'un monde à l'autre, de la préhistoire à nos jours, d'évolutions en révolutions, tandis que le passé éclaire le présent.
    Paradis perdus lance cette aventure unique. Noam en est le héros. Né il y a 8000 ans dans un village lacustre, au coeur d'une nature paradisiaque, il a affronté les drames de son clan le jour où il a rencontré Noura, une femme imprévisible et fascinante, qui le révèle à lui-même. Il s'est mesuré à une calamité célèbre : le Déluge. Non seulement le Déluge fit entrer Noam-Noé dans l'Histoire mais il détermina son destin. Serait-il le seul à parcourir les époques ?

  • 5. Je t'aimerai toujours, quoi qu'il arrive...

    Petit Renard est de très mauvaise humeur. Il dit que personne ne l'aime. Mais ce n'est pas vrai. Maman va le rassurer et lui expliquer que leur amour durera toujours, quoi qu'il arrive...

  • 6. Je t'aimerai toujours, quoi qu'il arrive ; coffret doudou

    Un coffret exceptionnel avec un doudou plat à l'effigie de Petit Renard et le livre très tendre : Je t'aimerai toujours quoi qu'il arrive.

    Petit Renard est de très mauvaise humeur. Il dit que personne ne l'aime. Mais Maman va le rassurer. Leur amour durera toujours quoi qu'il arrive...

  • 7. Maman est là quoi qu'il arrive...

    Dans la douce et profonde nuit, le sommeil a envahi les petits. Maman est là, qui veille sans un bruit. Une petite histoire du soir par Debi Gliori, l'auteur de Je t'aimerai toujours quoiqu'il arrive.

  • 8. Mitch

  • 9. Cinq petites sorcières

    Il était une fois cinq doigts-sorcières. Tandis que la sorcière Index fait un gâteau avec sa baguette, la sorcière Majeur fait une robe en toile d'araignée. Chacune est très habile avec sa baguette, mais la petite sorcière auriculaire, sait-elle s'en servir ?

  • 10. Mon ami Mahousse

    Mahousse et Mini sont deux amis très différents, Mahousse est très gros, Mini est tout petit. Pourtant ils font la même chose ensemble toute la journée avec beaucoup de complicité. Il y a la version de Mahousse puis on retourne le livre et voici la version de Mini ! A partir de 3 ans.

  • 11. Je sais compter

    Combien y a t-il de cerises sur l'image ? De couleurs dans la palette ? D'enfants qui font la ronde ? Et l'araignée, combien a-t-elle de pattes ?
    Grâce à ce minimagier haut en couleurs, les tout-petits apprennent à compter de les tout-petits apprennent à compter de 1 à 8.

  • 12. Sourdes contrées

    « Au soir de ce jour-là, j'ai résolu de garder une trace de ce qui arrivait, qui avait commencé, sans que je sache vraiment ce qui avait commencé. » C'est une réflexion intime, tout intérieure que « note » le narrateur de ce roman au charme puissant qui interroge le « colombier de la mémoire », cette volière d'où s'échappent trop souvent les pigeons du souvenir. Après tant d'années riches de leurs mémoires partagées, Vivien est profondément troublé lorsque Julie, sa compagne architecte, évoque des souvenirs très précis de chantiers qui n'ont pour lui aucune réalité, et qu'il met en doute. Le monde clos de leur entente amoureuse et intellectuelle ouvert sur le jardin et ses ciels se fragilise, soudain menacé par la traversée inquiétante de ces « sourdes contrées » que fabrique à notre insu le Temps qui passe. Qu'il s'agisse d'un être ou d'un projet d'architecture, quelle est la réalité de nos souvenirs dès lors qu'ils sont aussi nourris de nos rêves et de nos rêveries ? ce sont ces troublantes confusions que scrute Jean-Paul Goux dans ces « notes » teintées d'une mélancolie non dénuée d'ironie, et dans une langue somptueusement poétique.

  • 13. Quand la charité se fout de l'hôpital ; enquête dur les perversions de la philanthropie

    Afin de justifier leur braquage sans précédent des comptes publics, les nouveaux philanthropes arguent qu'après avoir été les meilleurs pour faire fortune, ils seront les meilleurs pour faire le bien. La crise de la Covid est, de ce point de vue, paroxystique : les milliardaires s'enrichissent pendant que le reste de l'humanité sombre dans la grande pauvreté et certains cachent cette intolérable réalité chiffrée, en offrant aux hôpitaux quelques masques, bidons de gels, voire quelques piécettes...
    Démontrant comment la France copie le pire du système américain avec des donateurs et des entreprises supposément mécènes applaudis par des politiques complices, Vincent Edin tacle sévèrement celles et ceux qui prétendent exercer un rôle d'intérêt général tout en se soustrayant à l'impôt.

  • 14. Aaaah ! pas le dentiste !

    Voiture Simon, et direction le dentiste ! Installé de force dans un fauteuil de torture, Superlapin n?écoute que son courage !

  • 15. Imbécile heureux

    Tom avait deux rêves : avoir sa chambre pour lui tout seul et être sûr qu'alice l'aimait.
    Aujourd'hui, il devrait être le plus heureux de tous les petits garçons. alice l'a demandé en mariage et, comble de bonheur, sa maman lui a annoncé qu'ils allaient emménager dans une grande maison !
    Mais tom est tourmenté.
    Il pose des questions du genre : " est-ce que le bonheur peut être double ? " ou " qu'est-ce qui se passe après quand les rêves se réalisent ? " le soir, dans la pénombre, il discute avec son grand-frère martin des peurs et des secrets qui font grandir.

  • 16. Les entremondes T.2 ; la clé des trésors oubliés

    Les portes de l'Hôtel invisible s'ouvrent sur tous les pays du monde : d'une salle à manger en Inde, on passe à un couloir de sous-marin ou à une chambre avec vue sur la grande muraille de Chine... Et Cam est désormais pressenti pour devenir un jour le Majordome de l'incroyable établissement ! Mais à vrai dire, il peine un peu à suivre le rythme effréné de ce lieu magique - et les canulars de son ami Nico, qui a disparu de la circulation mais aime se rappeler à son bon souvenir, n'arrangent rien : rien que ce matin-là, des dizaines de chats ont envahi les chambres et les couloirs de l'Hôtel...

    Et quand une réception tourne au cauchemar, Cam comprend que Cass est, elle aussi, à la manoeuvre. Le jeune garçon doit absolument l'empêcher sa soeur jumelle et son meilleur ami de mettre l'établissement en danger - pire encore : de le précipiter entre les mains avides de Ray, le Conservateur du Musée, la Grande Maison de magie rivale !

    L'Hôtel invisible pourrait bien disparaître... et pour toujours, cette fois ! Clés qui ouvrent une porte sur les pyramides ou la forêt amazonienne, animaux de pierre qui s'éveillent à la vie au détour de couloirs enchantés se modifiant à volonté... C'est avec une gourmandise évidente que Sean Easley imagine l'irruption en fanfare de la magie dans la vie quotidienne dans cette nouvelle série à découvrir d'urgence !

  • 17. Jane, un meurtre ; une partie rouge

    Avec l'audace qui la caractérise, Maggie Nelson raconte l'histoire d'un fantôme familial, Jane, sa tante, morte assassinée en 1969, alors étudiante en droit à l'université du Michigan.
    À travers une série de collages de poèmes, sources documentaires, fragments du journal intime de sa tante, brèves dans des journaux et enquête sur les traces de la disparue, Maggie Nelson explore la nature de ce fait divers, le dernier en date d'une macabre série d'assassinats perpétrés dans la région. Dans cette grande oeuvre écrite sous forme de long poème, l'autrice éclaire l'ombre portée sur son passé, et interroge ces fantômes qui peuplent nos vies et que l'on tait. Elle crée une forme hybride et poétique qui impose une réalité brutale au silence pesant, la juge, la confronte et la fait plier par l'écriture. L'ouvrage présent réunit deux livres de Maggie Nelson dans un volume tête-bêche. Jane, un meurtre, enquête poétique sur la disparue. Une partie rouge, au verso, démarre à l'instant où la police annonce l'arrestation d'un suspect et la tenue d'un procès.
    Cet ensemble que l'on pourrait nommer «Le livre de Jane» est un document littéraire unique sur un féminicide et sur la violence à l'oeuvre dans nos sociétés.

  • 18. Ulysse 15

    Contrairement à ses parents, qui lui ont donné le prénom d'un héros, Ulysse n'aime pas trop l'aventure. Il préfère de loin rester chez lui avec son chat, Farine. Mais lorsque ce dernier disparaît, il est prêt à tout pour le retrouver, quitte à affronter le Clan des démolisseurs ou Barbe-Bleue, qui vit à l'autre bout de la rue dans une maison piégée.

  • 19. Un si beau siècle : la poésie contre les écrans

    « Je connais de l'intérieur cet univers totalitaire, exterminateur. Je suis un naufragé, entouré d'ordinateurs. Je m'accroche à ce poème de Charles Juliet qui me laisse un peu d'espoir : « si tu n'as pas/ connu/le naufrage/impossible/de gagner/la haute mer/le naufrage première porte de la connaissance » Je suis devenu dépendant de mon smartphone, mon bras armé, ma croix, ma brûlure intérieure. Je me sens un exilé. Je ne joue pas Victor Hugo persécuté par l'empereur, prenant la route de Jersey puis de Guernesey. Mais je choisis la force océanique contre le nuage informatique. Nous vivons désormais en territoire occupé. J'ai l'impression d'être un collabo, un criminel envers mes enfants : je les ai laissés se faire contaminer. J'aurais dû leur apprendre ce que nous pouvons faire de nos mains et nous contenter du grec, du latin car depuis rien de nouveau sous le soleil. Tout clic informatique est une pulsion de mort. Et moi, je choisis la vie.
    Nous savons qu'un complot mortifère sape nos sociétés.
    Je dis et redis à mes enfants : les écrans ce n'est pas la vie. Ils détruisent le plus beau divertissement, l'ennui, le temps perdu, la rêverie. Le numérique ce n'est pas un changement technique, c'est le global deshumanisé. Il y a comme un hic. Où sont les siestes dans la chaleur grésillante de l'été et le blé en herbe, les yeux vers le grand ciel ? » Dans cet essai d'humeur, ce pamphlet contre le totalitarisme des écrans, Olivier Frébourg oppose le temps de la poésie, la beauté et la lenteur pour sortir de l'accélération du temps et de l'enfer des écrans.

  • 20. Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre

    Foutez-vous la paix !
    Cessez d'obéir ¤ Vous êtes intelligent.
    Cessez d'être calme ¤ Soyez en paix.
    Cessez de vouloir être parfait ¤ Acceptez les intempéries.
    Cessez de rationaliser ¤ Laissez faire.
    Cessez de vous comparer ¤ Soyez vous-même.
    Cessez d'avoir honte de vous ¤ Soyez vulnérable.
    Cessez de vous torturer ¤ Devenez votre meilleur ami.
    Cessez de vouloir aimer ¤ Soyez bienveillant.

    Ajouter au panier
    En stock
  • 21. Anthologie de la poésie française ; de Villon à Verlaine

       Anthologie de la poésie française De Villon à Verlaine Composer une nouvelle anthologie de la poésie française serait bien téméraire, si cette initiative n'avait ici pour justification pratique et pour fin d'offrir au plus grand nombre un modeste et durable viatique : pour les plus jeunes, à l'âge des premières découvertes littéraires, un bref et stimulant aperçu du somptueux domaine qui les attend ; pour les autres, un discret rappel des syllabes immortelles qui les ont enchantés.
    De ses origines médiévales (Rutebeuf, Villon) jusqu'à la fin du xixe siècle (Rimbaud, Laforgue), dans le cadre d'un art poétique codifié avant que ne commence l'aventure moderne d'une écriture libérée de toute contrainte, la poésie française est ici représentée par « ces vers qui chantent dans la tête alors que la mémoire est absente » (Verlaine).
    Présentation et notes par Annie Collognat-Barès.

  • 22. Poésies complètes

    Rimbaud Poésies complètes Si l'on devait citer le poète qui a exercé l'influence la plus profonde sur la poésie du début du xxe siècle, il faudrait nommer Rimbaud. Avec plus de hardiesse encore que Baudelaire, il a étendu le champ d'exploration de la poésie. Avant lui, l'expérience poétique était principalement l'expérience de la création littéraire. Après lui, la poésie devient un moyen de connaissance. [...] C'est qu'il n'a pas hésité à se mettre en communication avec la part inconnaissable de lui-même. Il y a découvert un grand jeu d'images, ßeurs éclatées, filles à lèvres d'orange, déluges et miracles, un jeu dont chaque figure ressemble à un message marqué d'un sceau incompréhensible et sacré. Dès lors, Rimbaud va libérer tous les phénomènes de l'inconscient, préparer les voies du surréalisme et créer, si l'on veut, un nouveau mystère dont les symboles resteront étrangers au merveilleux et au fantastique.
    Kléber Haedens Paul Verlaine s'était plu à le souligner : après 1872, Art

  • 23. La cabane magique T.52 ; ouragan au Texas

    Tom et Léa sont envoyés pour une mission dangereuse à Galveston, vers 1900 ! C'est une ville construite sur une longue île étroite entre le golfe du Mexique et la baie de Galveston, au Texas. Ils doivent sauver des gens lors du terrible ouragan qui va s'abattre sur la ville... Une fois sur place, ils constatent avec étonnement que tout est très calme. La ville ressemble même à un petit paradis avec ses écoles, ses belles maisons... Auraient-ils mal compris ? Pourtant, bientôt, des vents violents balaient l'île et sèment la panique dans la ville...

empty