• : L'architecture mobile est le premier essai de Yona Friedman, paru en 1958 et tiré à une dizaine exemplaires destinés à des architectes, dont Le Corbusier. Ilfut réédité ensuite en 1961, 1963, 1968, enrichi à chaque fois de textes et dessins nouveaux jusqu'à l'édition de 1970, paru chez Casterman dont on a pu dire qu'elle constituait "le plus important manifeste de l'architecture moderne depuis la Chartre d'Athènes de Le Corbusier" (Michel Ragon).
    Notre édition rassemble tous les textes des différentes éditions et permet d'en suivre l'évolution et d'en identifier les strates. Yona Friedman, qui a fêté ses 96 ans en juin 2019, souhaite apporter quelques commentaires du XXIe siècle, à ce livre ancien, mais dont la richesse conceptuelle n'a pas encore été comprise à sa juste mesure.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'utopie sociale naît d'une insatisfaction collective. L'utopie sociale réalisable, c'est la réponse collective à cette insatisfaction. Comment répondre collectivement à une insatisfaction? Et dans quelles limites une collectivité doit-elle se maintenir pour satisfaire à son utopie réalisée? Telles sont les questions soulevées - avec une clarté exemplaire et quelques dessins au trait - par le livre de Yona Friedman, paru pour la première fois en 1974, repris à l'éclat en 2000 et réactualisé pour cette édition de poche après plusieurs réimpressions.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Bien que l'expression l'architecture de survie ait un sens à peu près inverse de celui de "la survie de l'architecte", mon but était de reconsidérer le rôle de l'architecture, sans pour autant utiliser des slogans grandiloquents et sans faire de propositions utopiques.
    Il va me falloir poser certaines questions, et mentionner quelques solutions que j'ai proposées depuis cinquante ans: A qui revient le droit de décision en matière d'architecture?
    Comment assurer ce droit à celui auquel il revient? Comment le faire dans un monde qui va vers une pauvreté croissante? Comment survivre dans un tel monde? Qu'est-ce que ce "monde pauvre"? Comment agir face à ces perspectives? A l'heure des ZADs et autres appropriations de territoire, L'architecture de survie apparaît comme un manuel de résistance.

  • Publié pour le première fois en 1976, cette bande dessinée de Friedman portait la mention suivante: « Le but de la brochure est d'amener le lecteur à reconsidérer la place de l'homme-habitant dans un écosystème et de l'amener à réfléchir, dans un contexte de pénurie ou de crise durable ou temporaire, à des solutions de survie de son espèce. » Quarante ans plus tard, dans un contexte de crise non plus temporaire, mais endogène, nous le reproposons aux lecteurs de ce nouveau siècle qui pourront constater que les problèmes et solutions alors évoqués par Friedman, sont très exactement ceux auxquels nous sommes confrontés encore aujourd'hui, et celles qu'il serait urgent de prendre en compte si l'on veut continuer d'habiter la terre.

  • Ce livre a paru pour la première fois chez Pauvert en 1974, quelques mois avant la 1ère édition en 10/18 des Utopies réalisables, rééditées à L'éclat en 2000. Le livre se présente comme la version "bande dessinée" des Utopies réalisables, mais revient également sur certains points du livre: 1) Le monde pauvre, qui sera largement développée quelques années plus tard dans L'Architecture de survie; 2) Le groupe critique, qui part de la terrible évidence formulée ainsi par Friedman: "nous vivons avec plus d'objets que nous pouvons utiliser; nous cohabitons avec plus d'individus que nous sommes en mesure de supporter". Dès lors, la question se pose: Comment vivre avec les autres sans être chef et sans être esclave, et se la poser encore et toujours est déjà un élément de réponse.

  • Paru en 1994 aux PUF, L'univers erratique montre un aspect de l'oeuvre de Friedman qui va chercher dans le fonctionnement de l'univers, "l'image" du monde tel qu'il l'a vue mise en acte dans son travail d'architecte au contact d'une population qui décide de sa manière d'habiter le monde. Dans la préface à cette édition, Friedman écrit: "Je relis ce livre, ce qui n'est pas mon habitude. J'y retrouve une « image du monde » qui était, et est encore, la mienne depuis les années 60 du siècle passé. Elle est parallèle à la découverte, en tant qu'architecte, que le comportement des gens, dans leur manière d'habiter (et de concevoir) la maison qu'ils auraient préférée, est « erratique », imprévisible et informulable.» Et c'est cette erraticité qui sert de modèle à une vie menée "sans entraves".

  • Sur le principe des Vies de Marcel Schwob, les villes imaginaires de Friedman ne sont autres que Paris, Venise, Berlin, Shangaï, New York ou Amsterdam, telles que l'architecte a pu les rêver un jour, échappant aux contraintes de l'urbanisme, à la pression des experts et des institutions et à la folie des hommes. Et s'il fallait donner un exemple, prenons Paris et son quartier des Halles, que Friedman avait proposé de conserver intact, pour concevoir un "forum" suspendu au dessus des pavillons Baltard, et qui aurait permis, sans destruction ni expulsion, de voir cohabiter verticalement la ville ancienne et la ville moderne. Ces villes enfin rêvées, réinventées, sont là sous nos yeux en 289 images. Il nous suffit de savoir et de vouloir les prendre, comme jadis on prenait les Bastilles.

  • Vous avez un chien se présente sous la forme d'une bande dessinée qui met en scène un/e chien/ne et son/sa maître/sse. C'est un manuel d'éducation pour tous ceux qui vivent avec des animaux domestiques ou d'autres êtres vivants. Écrit par Balkis Berger- Dobermann, qui partage la vie des Friedman depuis plus de douze ans, Vous avez un chien aurait pu s'intituler Comment dresser ses maîtres, mais l'auteur a préféré s'en tenir à un titre plus général et moins anthropomorphe. Vous avez un chien est aussi un livre pour ceux qui ont des chats, des canaris, des poissons rouges.

  • Notre civilisation industrielle était basée sur l'énergie bon marché. Celle-ci devenant de plus en plus rare et coûteuse, il nous faut maintenant imaginer une nouvelle politique de l'énergie qui devrait reposer beaucoup plus sur une nouvelle politique sociale et globale que sur la recherche de gadgets technologiques. Nos modes de vie et de production, nos utilisations des matières premières et des biens produits sont, pour l'instant encore, régis par une parfaite inconscience quant au gaspillage de l'énergie et des ressources de la planète. Alors que le monde découvre la faillite d'un certain mode de vie, il nous faut regarder cette crise en face, examiner quelles alternatives seraient souhaitables, ne pas nous laisser surprendre. Accepter ce qui nous est utile dans cette crise et la récupérer à notre profit, c'est là l'idée maîtresse de ce livre humaniste. Yona Friedman, architecte, auteur de la théorie sur l'architecture mobile et de l'autoplanification, a été consultant auprès de l'UNESCO, du Conseil de l'Europe, du ministère de l'Environnement, etc. Depuis de nombreuses années, il s'efforce d'apporter aux habitants du Tiers Monde les connaissances nécessaires à leur survie, et participe à de nombreuses réalisations humanitaires dans ces régions du monde.

  • L'humain expliqué aux extraterrestres est un ensemble de bandes-dessinées de Friedman qui pourrait constituer un "Tractatus imagino-philosophicus" du monde tel qu'il est. L'univers, l'homme, sa relation avec les autres humains, la politique, la maison qu'on habite, la nourriture que l'on mange... Tout au long de plus de 2000 dessins, Yona Friedman exprime et explique sa philosophie de la vie, avec la concision, l'humour et la pertinence qui le caractérisent. La plupart des questions qui se posent à notre XXIe siècle sont là, présentes, dans la fulgurance d'un trait qui bouleverse notre vision du monde. Arpenteur du monde pauvre, visionnaire de villes de la vie bonne, Yona Friedman livre avec ce volume de 1300 p. un manuel pour les générations futures. Publié en partenariat avec le cneai.

  • Voyage au Pays des Licornes est la description en 16 planche des us et coutumes des licornes. Ce monde est une projection des utopies que Yona Friedman a imaginées tout au long de sa vie : un pays où l'on vit en paix, où l'on construit son propre abri, où la mort et la propriété n'existent pas, où l'on danse, célèbre, et se suffit de peu. Ces dessins ont été réalisés il y a plusieurs années par Yona Friedman pour sa petite-fille. En matière de bandes dessinées, l'artiste s'y connaît : lorsqu'il a construit en Inde, ne pouvant pas donner de dessins techniques aux ouvriers, il leur a expliqué son idée au moyen d'une BD. De même, afin que les non-professionnels puissent comprendre et appliquer sa méthode, il a traduit en BD son livre-manifeste Pour l'architecture scientifique. Ce livre est à colorier... ou pas et l'enfant peut suivre l'histoire en français ou en anglais. à ce titre, ce petit album peut même faire figure de cours de langue ! Yona Friedman, né 1923 à Budapest, a étudié l'architecture en Hongrie et en Israël, avant de s'installer à Paris en 1957. Sa vision de l'architecture, de l'urbanisme, de l'art et de la société est totalement visionnaire et anticipe la plupart des mutations que le monde traverse actuellement. Entre utopie créative et réalité concrète, il prône en priorité l'autonomie, l'épanouissement de l'individu et la qualité des relations sociales.

  • Publiée en langue anglaise et chinoise, une version actualisée de l'ouvrage Drawings & Models - 1945-2010 (épuisé), la compilation chronologique des travaux formels de Yona Friedman depuis 1945 (plus de 3000 plans, schémas, dessins, maquettes, photomontages, peintures murales, installations, etc., annotés par l'architecte).
    La diversité des projets, des concepts, des utopies réalisables et des inventions futuristes documentés dans cet ouvrage monumental permet d'appréhender l'ensemble de l'oeuvre de Friedman dans ses multiples dimensions (urbaine, économique, écologique, culturelle, sociale et politique), des dômes en bambou en auto-construction en Inde aux projets d'agrandissement du Centre Pompidou, en passant par les structures lamellaires ou protéiniques, les architecture amorphes et mobiles, la « Ville spatiale » intégrant une activité agricole, la tour en spirale, le tapis urbain et la chaise à anneaux, le pont-jardin et la ville-pont, une cité imaginaire en Arctique, le musée sans portes, le projet de métro européen...

    La première chronologie des travaux formels de Yona Friedman a été publiée à Rotterdam en 1999. Ce nouveau livre reprend le même principe en augmentant et compilant, depuis 1945 jusqu'à aujourd'hui, l'ensemble de ses travaux. L'accent a été volontairement mis sur la qualité architecturale et les solutions constructives que Yona Friedman propose depuis plus de soixante ans. Au total, près de 3000 images, souvent inédites, viennent renforcer son rôle important en tant qu'architecte urbaniste.
    Tout a été généreusement pensé et détaillé pour l'homme, de son habitat à sa vie en groupe, de l'économie à l'écologie, du social au politique, au travers de plans, schémas, dessins, maquettes, collages, installations...
    Tous les documents proviennent des archives de Yona Friedman.

  • Slide shows ; coffret

    Yona Friedman

    • Cneai
    • 1 Avril 2016

    Edition d'un ensemble de trois volumes sous coffret, présentant plus de 1500 dessins et textes originaux de l'artiste, Slide Shows offre la vision personnelle et « non-disciplinaire » de Yona Friedman sur différentes manières de penser le monde. Ces volumes présentent des « bandes dessinées » qui, sans prétendre à une forme de vérité universelle, détaillent des idées complexes sous forme graphique.
    Slide Shows est composé des volumes Architecture, Guidebook for visitor from outer space, About The Universe.

    Publié suite à l'exposition « Dictionnaire de Yona Friedman », Cneai, Chatou, du 4 avril au 3 mai 2015, et « Mobile Architecture: Yona Friedman », Power Station of Art, Shanghai, du 16 mai au 16 août 2015.

  • "Bien que l'expression "l'architecture de survie" ait un sens à peu près inverse de celui de "la survie de l'architecte", mon but dans ce livre, est de reconsidérer le rôle de l'architecture dans la simple survie de l'espèce, sans pour autant utiliser des slogans grandiloquents, sans surestimer ce rôle et sans faire de propositions utopiques, donc irréalisables. Il va me falloir, de nouveau, poser certaines questions (sur lesquelles je travaille depuis plus de quarante ans), les analyser et enfin, et surtout, mentionner, à titre d'exemples, quelques solutions que j'ai proposées durant ces quarante ans. Les questions sont fort simples : à qui revient le droit de décision en matière d'architecture ? Comment assurer ce droit à celui auquel il revient ? Comment le faire dans un monde qui va vers une pauvreté croissante ? Comment survivre dans un tel monde ? Qu'est-ce que ce "monde pauvre" ? Comment agir face à ces perspectives ?."

  • "le désordre n'existe pas.
    N'existe que l'ordre compliqué. " c'est à partir de ce simple postulat que yona friedman construit une image du monde fondée sur l'harmonie et qui défie les lois habituelles de la physique. l'univers devient alors erratique, l'espace est composé de granules infimes de vide et notre perception de la mosaïque du monde s'attache autant à chacune de ses pierres qu'à l'ensemble qu'elles constituent. l'ordre compliqué et autres fragments se présente comme une nouvelle monadologie, illustrée de dessins au trait et traduite en "bande dessinée" par l'auteur - entre autres - des utopies réalisables (l'éclat, 2000) et de l'architecture de survie (l'éclat 2003).

empty