Guerin

  • Jean-Chistophe Rufin a suivi à pieds, sur plus de 800 km, le "Chemin du Nord" jusqu'à Saint-Jacques de Compostelle. Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice.
    "Chaque fois que l'on m'a posé la question « Pourquoi êtes-vous allé à Santiago ?», j'ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l'ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager ? On est parti, voila tout." Galerie de portraits savoureux, divertissement philosophique sur le ton de Diderot, exercice d'autodérision plein d'humour et d'émerveillement, "Immortelle randonnée" se classe parmi les grands récits de voyage littéraires. On y retrouvera l'élégance du style de l'auteur du Grand Coeur et l'acuité de regard d'un homme engagé, porté par le goût des autres et de l'ailleurs.

  • Nombreux sont ceux qui ont découvert la montagne dans les pages de Premier de cordée.
    Le grand roman de Roger Frison-Roche, pour la première fois illustré de 300 photographies historiques, fait revivre, dix ans après la disparition de l'auteur, les hommes qui l'ont inspiré et apporte ainsi un éclairage inédit sur son oeuvre.

  • Dans le sac à dos de Stéphanie, il y a des cailloux et des mots, des fleurs et des oiseaux, une soif démesurée de l'essentiel et un amour fertile qui l'unit à Arnaud. La corde entre eux ne signe aucune entrave. Synonyme de liberté et de confiance, elle leur permet de flâner à l'aise, comme lézards et papillons, dans ces lieux vertigineux qu'ils aiment.

    Depuis plus de vingt ans, ils ouvrent ensemble de nouvelles voies sur les parois du monde car ouvrir c'est créer et c'est partager. C'est aussi découvrir en soi de nouvelles possibilités et vivre une vie plus haute, plus dépouillée.

    Plus qu'un terrain de jeux, les parois sont pour Stéphanie un territoire de connaissance, de reconnaissance. Se fondre dans la nature, ne faire qu'un avec l'hirondelle ou le pin funambule, pour éprouver sa nature véritable. La grimpeuse vit l'ascension comme un acte poétique, une voie d'intrépidité et de sagesse.

    Sous le sourire de Stéphanie affleure parfois la fêlure. Celle d'une petite soeur disparue trop tôt et que lui a donné ses ailes : "Vivre. Vivre intensément, écrit-elle. Faire de ce court passage qui est le nôtre, matière à rêver, matière à créer, matière à se forger." Acquiescer à la vie coûte que coûte. Faire de ses faiblesses une force. Demander la lune au rocher en l'effleurant du bout des doigts ou de la pointe du stylo, sur la page d'un carnet, dans une même recherche de justesse. Et parvenir peut-être à s'élever, dans tous les sens du terme...

  • Coup de chaud sur les montagnes Nouv.

    Retrait rapide des glaciers, effondrements, menaces sur l'avenir des stations de ski... C'est sans doute en montagne que les effets du changement climatique sont les plus spectaculaires. Mais qu'en est-il exactement?? Peut-on quantifier l'accélération du réchauffement depuis trois décennies??
    En retracer les causes et l'histoire ancienne?? Deux scientifiques reprennent les plus importantes des études récentes sur le sujet et les présentent de façon claire, didactique, avec de nombreux graphiques et photographies. Un point des connaissances actuelles établi avec rigueur, mais qui laisse la place à l'émotion et l'inquiétude.

  • Quand, au XIXe siècle, ceux que l'on n'appelait pas encore alpinistes se sont mis en tête de gravir des sommets, les artisans qui fabriquaient des sonnettes pour les vaches ont commencé à leur ­forger des outils. C'est leur histoire que raconte pour la première fois Denis Pivot, témoin et acteur de l'évolution du matériel, depuis le premier bâton de montagne de presque trois mètres jusqu'aux piolets techniques issus de la haute technologie.

    L'histoire des dynasties familiales d'artisans de la vallée de Chamonix, ces « forgerons de l'inutile », pionniers d'une aventure industrielle qui accompagne toujours les rêves des amoureux de la montagne.

  • SOS Himalaya

    Denis Urubko

    • Guerin
    • 8 Avril 2021

    La France a découvert Denis Urubko en janvier 2018 lorsqu'il s'est porté au secours d'Élisabeth Revol, en perdition au Nanga Parbat. Abnégation : il renonce au K2 dont il tentait l'ascension hivernale ; suspense : la paroi du Nanga est immense et les infos floues ; exploit : il gravit 1 200 mètres de paroi en pleine nuit ; chance ou miracle : il retrouve la Française dans les ténèbres. Urubko raconte ce secours dans le détail pour la première fois.

    Mais il n'en était pas à son premier exploit : au moins six fois, il a ramené des alpinistes de la « zone de la mort », ces hautes altitudes où chacun est trop obsédé par sa propre survie pour penser aux autres. Si Urubko peut jouer les saint-bernards, c'est qu'il est un as des 8 000, doué, entraîné et affûté. Il a su raconter ces histoires extraordinaires avec une voix talentueuse et singulière, où l'humour le dispute à l'orgueil.

  • « J'étais parti seul escalader la falaise. Elle n'a plus voulu de moi et je suis tombé. Cinquante mètres plus bas, je suis revenu à la vie. Un ange m'a-t-il gardé dans ma chute ? La question peut paraître ridicule, même pour un croyant. Dieu nous voulant libre, pourquoi se mêlerait-il alors du pataquès dans lequel je me suis mis ? ».

    Trente ans après avoir échappé miraculeusement à une chute, Claude Compagnone la revisite dans un premier livre singulier, explorant les mots pour dire l'indicible et raconter son chemin du retour à la vie.

  • Le roman des guides

    Gilles Chappaz

    • Guerin
    • 22 Avril 2021

    À l'été 1821, après la mort de trois de ses guides près du sommet du mont Blanc, Chamonix décide de rompre avec l'anarchie qui mine la profession et crée une Compagnie des guides bientôt célèbre. Depuis deux siècles, ses membres hauts en couleur sont restés à la pointe des exploits et des évolutions de l'alpinisme, exportant leur savoir-faire dans le monde entier. Fils de guide, Gilles Chappaz raconte cette histoire en 30 dates clés, à la fois de l'intérieur et avec le recul de l'écrivain.

  • L'histoire a commencé dans l'euphorie de l'été 1998, parce qu'il a rêvé qu'il deviendrait lui aussi champion du monde. Peu importait son niveau d'escalade, son âge, ses chances, il le voulait si intensément qu'il ne doutait pas de sa réalisation. Avec volonté, exigence et passion, il consacra les vingt années suivantes à cette aventure qui a tenu toutes ses promesses...
    Eclairées par les expériences d'Adam Ondra, Alex Megos, Margo Hayes et tant d'autres, ces pages sont pour lui l'occasion d'accompagner les grimpeurs dans leur entraînement avec des ingrédients adaptés à tous les niveaux, et à tous les rêves...

    200 mots-clés, quelques répétitions savoureusement calculées, certaines omissions tout aussi volontaires, des temps d'introspection autour des « ?Autopsys ?», des rencontres avec des grimpeurs, des coaches, des préparateurs mentaux, des kinés... et les dessins de Flore Beaudelin, artiste inspirée et forte grimpeuse, qui mettent en scène avec beaucoup d'humour le long fleuve intranquille de la progression? !

  • « Le bout du rouleau est un endroit prodigieux. C'est le seul endroit au monde, avec celui des rêves, où la réalité se mélange à l'imaginaire. Un endroit de rêve, en somme. » Comment Stephen Venables peut-il descendre de l'Everest avec un alpiniste disparu qui glisse sur son violoncelle ? Pourquoi Carlos Carsolio, adepte de la « réalité étendue », se met-il à courir tout nu dans la neige par moins 20° ? Élisabeth Revol rêve-t-elle quand elle échange sa chaussure contre une tasse de thé, une nuit d'hiver au Nanga Parbat ? Thomas Vennin relie le fil des plus étonnantes histoires d'hallucinations vécues en montagne. Convoquant la science et les témoins, il dresse la première géographie complète de ce paysage mental méconnu dans cette petite anthologie des délires d'altitude.

  • 1950 : Maurice Herzog est le premier à gravir un sommet de plus de 8000 mètres avec Louis Lachenal. Comme cela se fait souvent à l'époque, il interdit à son compagnon, par contrat, de publier le récit de cet exploit. Lui seul le peut. Ce sera Annapurna, premier 8000. Et le succès que l'on connaît. 1956 : les carnets que Louis Lachenal a tout juste terminé d'écrire avant sa mort sont publiés de manière posthume, entièrement revus et coupés par Maurice Herzog lui-même, qui donne de Lachenal l'image d'un fou. 1996 : Michel Guérin, un an après la création de sa maison d'édition, publie la version non censurée des Carnets du vertige de Louis Lachenal en version illustrée. La famille Herzog intente un procès. Le livre est retiré de la vente. Aujourd'hui, il est temps de faire un pas de plus au-delà de la polémique, et d'écouter la belle voix « a cappella » de Lachenal. De l'Eiger à l'Annapurna s'approche au plus près du livre que Lachenal avait commencé à écrire dans les derniers mois de sa vie : tous ses textes, et seulement ses textes. Car leur puissance et leur beauté brute n'ont pas pris une ride. Ils seront accompagnés par un appareillage de notes, textes introductifs, et par des dessins et documents de l'auteur fournis par sa famille.

  • On ne m'a pas volé l'Everest

    Lydia Bradey

    • Guerin
    • 20 Février 2020

    En 1988, l'alpiniste néo-zélandaise Lydia Bradey devient la première femme à réussir l'ascension de l'Everest sans bouteilles d'oxygène. Qui le sait ? Personne ! Lydia a été dépossédée de son succès par ses propres compagnons d'expédition : la laissant sur la montagne, ils sont partis aussitôt à Katmandou crier haut et fort qu'elle avait triché. C'était faux, injuste, révoltant, et Lydia a mis des années à le surmonter. Trente ans plus tard, la vérité rétablie, guide réputée, elle conduit des clients sur les 8 000 et revient sur cette blessure. Mais loin d'être un règlement de comptes, son autobiographie est une déclaration d'amour à la montagne. L'itinéraire d'une iconoclaste qui se promène - en dansant - sur l'Himalaya, sans jamais s'user.

  • L'apprentissage de la marche consume les premières années de votre existence, puis elle devient une fonction automatique de votre condition d'humain. Mais faites un pas de côté, regardez-vous marcher et vous verrez?: marcher vous rend meilleurs. Plus intelligents, en meilleure santé et en meilleure forme, plus aptes à prendre des décisions, mieux disposés à l'égard des autres, plus «?beaux?», plus heureux... Arrêtez-vous encore un instant, et vous verrez que les vertus de la marche bénéficient aussi à la société tout entière. Il y a peut-être mille bonnes raisons pour aller marcher. En voici dix.

    Thierry Malleret dirige The Monthly Barometer, une société de courtage en idées et investissements installée à Chamonix - sans doute la seule au monde à proposer ses services en montagne tout en marchant. Ce livre est le fruit d'une collaboration étroite avec sa femme Mary Anne Malleret.

  • L'alpiniste, disparu en 2006 dans l'Himalaya, a écrit toute sa vie. Dans ses camps de base sur de petits carnets ou sur des feuilles libres empilées pendant des années quand il tentait de se libérer du traumatisme de ses cinq jours de survie cauchemardesque à l'Annapurna (un des très grands récits de survie de l'histoire de l'alpinisme, qui émerge au grand jour 27 ans après - émouvant). Ces textes ont la puissance de la réalité captée sur le vif. Une voix sincère, douée pour l'introspection. Des moments d'actions haletants, des fulgurances poétiques. Un dernier carnet très poignant : Lafaille est seul pendant quarante jours, perdu l'hiver au fond de l'Himalaya dans une tente battue par un vent incessant, puis il part vers le sommet en laissant un mot émouvant pour ses proches. Son corps n'a jamais été retrouvé.

  • À la fois athlète, aventurier, conférencier et coach, Eric Orton a acquis une notoriété internationale en tant qu'entraîneur de Christopher McDougall, l'auteur du livre culte sur la course à pied : Born to run. Eric Orton a passé toute sa vie à apprendre à courir et à penser les possibilités illimitées du corps humain et de l'esprit pour améliorer leurs performances. Aujourd'hui, s'il supervise personnellement la formation de dizaines d'athlètes, il a choisi de mettre son expérience au service du plus grand nombre avec conviction et talent. Dans ce guide pratique et inspirant, il s'adresse à tous les passionnés, débutants comme experts, pour leur permettre de réinventer leur technique de progression, non pas par petites touches, mais à grandes enjambées.
    />

    Plutôt que de faire l'inventaire des processus mécaniques, physiologiques et psychologiques dont dépend la performance, il les fait vivre, étape par étape, dans le cadre d'un stage virtuel dédié au trail et basé sur le partage des connaissances. Dans ce premier livre, véritable séance de coaching, Orton défend l'idée que nos rêves de coureurs peuvent devenir réalité et que nos ressources sont à la mesure de notre imagination. Une pensée forte qui traverse sa philosophie de vie et exige une prise de conscience globale pour que l'impossible devienne possible.

  • Gaëlle Cavalié, née au pied du mont Blanc, a été gagnée très jeune par la passion de l'alpinisme. Une passion partagée avec des amis, qui la conduit au pied d'un nouveau défi : une ascension solitaire qui l'attire autant qu'elle l'angoisse. Le 12 mai 2013, alors âgée de 21 ans, elle part seule pour l'aiguille Verte, sommet emblématique du massif du Mont-Blanc.
    Le 17 mai, le temps s'est couvert. Le peloton de gendarmerie de haute montagne lance un appel à témoin suite à la disparition inquiétante d'une jeune alpiniste dans le massif.
    Le lendemain, la jeune femme est sauvée in extremis. Repérée par l'hélicoptère des secours, elle est hélitreuillée, à bout de forces et en hypothermie. Elle vient de passer quatre jours et quatre nuits à 4 000 mètres d'altitude, blottie dans un trou de neige tout près du sommet.
    Gaëlle Cavalié a mis plusieurs années à oser revivre par l'écriture ces heures où s'est jouée sa disparition, puis sa survie. Elle le fait avec une totale sincérité, démontrant heure après heure la mécanique du piège qui s'est refermée sur elle, explorant sans tricher ses ressorts intimes : l'ambition qui l'a guidée et l'angoisse qu'elle a vécue.

  • Ce qu'il s'est réellement passé lors de l'ascension légendaire de l'Annapurna._ " Trois ans d'enquête ont été nécessaires pour éclairer les principaux mystères de l'Annapurna. David Roberts a traqué la vérité de la plus célèbre des histoires d'alpinisme. L'édition relié est augmentée du manuscrit orginal de Lachenal".

    "Dans ce passionnant livre enquête, David Roberts rend toute la place à ceux sans lesquels la plus grande aventure de l'alpinisme français aurait tourné au désastre. " Le Nouvel Observateur.

  • Automne 2003. Autour du Shishapangma, le seul 8000 entièrement situé au Tibet, le Groupe militaire de haute montagne (GMHM), basé à Chamonix, peaufine son acclimatation à l'altitude. Les cordées s'égayent sur les sommets de 6 à 7000 mètres qui entourent le glacier. Un soir, au camp de base, c'est l'inquiétude. Une cordée n'est pas rentrée de sa virée en altitude. Leurs compagnons découvrent les corps sans vie au pied du sommet qu'ils comptaient gravir. Une énorme corniche les a emportés dans sa chute.
    De retour à Chamonix, l'équipe tangue. Certains, ébranlés par la tragédie, arrêtent là leur quête d'altitude. Ils restent à trois, tout aussi abattus mais déterminés à croire que cette unité d'élite de l'armée de terre ne peut pas, ne doit pas s'arrêter là. Par amour de l'alpinisme, par fidélité à leurs amis disparus, par nécessité de relever la tête ? Ils vont faire renaître le Groupe, trouver de nouveaux compagnons, leur faire partager leur expérience.
    Il faudra quelques années pour réunir une équipe, et la porter vers des réalisations d'envergure internationale. A la clé, des premières spectaculaires en Antarctique, en Alaska, puis une performance mondiale, en 2011: la première traversée de la Cordillère Darwin, en Terre de Feu, souvent tentée, jamais réussie. Avec cette réussite en terre mythique, le GMHM sort de l'ombre et capte la lumière.
    L'élan est donné, le Groupe va retourner sur les plus hautes montagnes de la Terre. En 2012, au Kamet, un géant de 7756 m, il ouvre un itinéraire audacieux. Le souvenir du Shishapangma est toujours douloureux. Le temps est venu pour le GMHM de refermer cette plaie. En 2014, ce sera chose faite. La roue du destin a tourné pour cette équipe, qui peut enfin se targuer d'une performance rare : l'ascension d'un 8000 en style alpin, par une voie difficile.

  • Ruptures

    Olaf Candau

    Il est parti. Il a quitté sa famille, son métier de guide, sa maison. Sa vie était devenue trop petite pour lui. Il a fermé la porte, enterré son portable, ses vêtements sous une pierre, marché, marché, marché droit devant lui, plus rien ne l'arrêtait. Il a dormi avec un loup, s'est nourri de ses cueillettes, traversé des forêts, des pays. Ruptures est le récit de ses aventures, ses rencontres, dans ce voyage nu, autour de la Terre, jusqu'à atteindre l'Himalaya.

  • Une ascension vertigineuse : 979 mètres de dévers dans la jungle amazonienne.

    Aucun drame ne viendra assombrir ce récit tout empreint de délicatesse, d'émotion et d'humour. Pour autant, notre pimpante aventurière sait aussi aiguiser sa plume lorsqu'il s'agit d'évoquer les tensions et les dangers qui agitent et menacent la petite troupe.

  • Vous les connaissez tous ou presque. Ils squattent les pages culture des quotidiens et des hebdos.


    Vous les avez vus au cinéma ou à la télé, vous les avez écoutés, lus, commentés. Souvent admirés, parfois discutés. Écrivain, cinéaste, chanteur, sci

  • Poète et artiste, dessinateur, critique d'art, scientifique, visionnaire... John Ruskin (1819-1900) était "l'un des penseurs les plus importants du XIXè siècle" selon Marcel Proust. Une grande partie de son oeuvre gigantesque (39 volumes) est dévolue à la montagne mais bizarrement peu traduite en français. Il ne cessa de séjourner à chamonix, d'y dessiner pour comprendre l'architecture des montagnes qui sont pour lui "les cathédrales de la terre". André Hélard avec cette biographie comble une importante lacune et renouvelle le regard que l'on porte sur la montagne.

  • En quelques années, le Sahara s'est fermé au monde. Zone de non droit, terrorisme, trafiques, conflits et rébellions. En suivant le parcours d'Abdu, Catherine Hadacek raconte la fin du tourisme et le dénuement de ceux à qui il ne resta plus d'autre choix que celui de fuir leur pays ou de prendre les armes.

    Le Sahara est devenu, dès les années 1970, une destination formidable pour les Européens, qui ont élargi leur champ d'aventure touristique. Proche géographiquement, lié à leur histoire, devenu grâce aux récits des découvreurs et préhistoriens un lieu réellement mythique, le Sahara s'est transformé en terrain de jeu infini. Un des endroits de la planète où l'on pouvait encore se sentir l'âme d'un explorateur. Les premiers voyageurs des temps modernes sont partis là-bas en 4X4. Puis, les déplacements en avion s'étant démocratisés, l'idée d'y faire des randonnées à pied ou à chameau a germé dans la tête d'amoureux du désert, qui ont créé des agences de voyage spécialisées.

empty