Tourisme & Voyages

  • « Je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche », expliquait Montaigne à propos de la longue chevauchée qu'il fit à travers l'Europe en 1580.

    Gaspard Koenig aussi sait ce qu'il fuit : les injonctions permanentes des gouvernements et des algorithmes. Il s'est donc lancé sur les traces de Montaigne, en suivant le même itinéraire, avec le même moyen de transport : un cheval, ou plutôt une jument, Destinada. Pour rejoindre Rome, le cavalier et sa monture ont parcouru 2 500 kilomètres pendant cinq mois, passant par le Périgord, la Champagne, les Vosges, la Bavière, la Toscane...

    Toquant aux portes pour trouver gîte et couvert, parcourant les campagnes mais aussi les zones commerciales et les centres-villes, l'écrivain a eu tout le loisir de « frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui », comme le recommandait Montaigne. Dans cette plongée au coeur des territoires, la générosité et l'hospitalité sont presque toujours au rendez-vous.

    Au rythme du pas, notre modernité révèle ses vertus et ses travers. L'occasion pour l'auteur de renouer avec certains thèmes chers à Montaigne : la relation entre l'homme et l'animal, l'art du dépouillement, les conflits religieux, la diversité des cultures ou les leçons de la nature...

    Au fond, que Gaspard Koenig pouvait-il bien chercher dans un tel vagabondage, sinon la liberté ? La sienne, celle que l'on cultive dans cette « arrière-boutique » où se réfugiait Montaigne. Mais aussi la nôtre, exigence politique plus contemporaine que jamais.

  • Voyages dans mon jardin Nouv.

  • Le premier guide de terrain pour décrypter les paysages : avis aux amateurs de rocs !

    Comment « lire » nos paysages ? Ce manuel de « géologie appliquée » nous conduit à travers nos terroirs et décrypte de façon très accessible ce que nous avons devant les yeux. À partir de l'histoire mouvementée des roches du sous-sol, qui se compte en millions d'années, il nous fait comprendre les minéraux, les plantes et les animaux sauvages et domestiques, comme les vaches des bocages ou des alpages, mais aussi les matériaux de l'architecture traditionnelle, l'emplacement de certains villages ou le type d'agriculture pratiquée...

    Illustré de 700 photos, ce guide nous emmène des blancs calcaires de Provence aux noirs terrils du Nord, des sables dorés des fleuves aux plages du littoral, des granites roses bretons aux roches rouges volcaniques corses ou auvergnates, des sombres grottes cévenoles aux glaciers étincelants des plus hautes montagnes. La diversité de la France se prête merveilleusement à ce jeu original d'observation, de déduction et de révélation. Logique, géologique, et superludique !

  • Nicolas Jolivot est allé au Japon découvrir à pied Kyushu, l'île la plus au sud de l'archipel. Sur place, il a été aimanté dès le départ par l'un des plus grands volcans du Monde Son carnet décrit jour après jours, pendant un mois, souvent avec humour, les paysages parcourus sous une météo capricieuse, les rencontres réalisées et la vie quotidienne de ceux qui vivent sur les pentes de ces montagnes funestes ou bénéfiques.
    Un voyage au pas lent avec pour tout bagage, un carnet, un crayon, une tente, un bob ridicule et Wilson le sac à dos.

  • Atlas des paradis perdus

    Gilles Lapouge

    • Arthaud
    • 18 Octobre 2017

    "Les hommes savent bien que le jardin d'Éden ne rouvrira pas ses portes mais ils en ont toujours cherché le reflet, la fuyante annonciation. Ils ont consacré beaucoup de nuits blanches à se confectionner leurs propres Champs-Élysées et se sont fait une collection d'eldorados : cités idéales, châteaux de la liberté, îles sans péché et sans chagrin, communautés d'amour et de chair fraîche, jardins de fleurs et d'oiseaux, phalanstères et «fais ce que voudras».
    Rares sont les réussites. Pourtant, faute de savoir édifier des paradis doués d'une éternelle espérance de vie, les civilisations ont parfois réussi à manufacturer des petits bouts d'édens, des olympes provisoires capables de luire quelques jours ou quelques siècles à l'horizon de nos mélancolies."

  • Lorsque le père de Caroline Audibert découvre un loup dans une forêt du Mercantour au début des années 1990, l'animal appartient encore aux légendes. Rencontre marquante pour une enfant qui grandit en pleine montagne au coeur du parc national et côtoie les bergers de l'Alpe... Devenue adulte, elle a remonté la piste du loup parmi les derniers territoires sauvages de l'Hexagone.
    Minutieusement, elle démêle trente ans d'une histoire commune qui rapproche les hommes de cet animal qui se joue des frontières.
    Dans le contexte d'une érosion majeure de la biodiversité, cette enquête littéraire initie à une idée plus vaste de l'écologie, à une vision systémique des choses. Elle explore la question du vivre-semble entre les hommes et le monde sauvage dont le loup se révèle le symbole.

  • Nuages

    Gilles Clément

    Nuages est un journal de bord tenu entre Le Havre et Valparaiso, du 18 septembre au 18 octobre 2004.
    Nuages aborde les relations entretenues entre le jardinier et le ciel des météores. De tous les phénomènes agissant sur la nature, la météorologie demeure le plus insaisissable, celui que l'homme, en dépit de ses tentatives, ne parvient pas à orienter à sa guise.
    Il est aussi celui qui façonne les climats, les flores, les paysages.
    Il est enfin celui qui couvre la planète d'un seul élan, nous assure d'une réalité encore chancelante dans les esprits :
    Gaïa la Terre, notre maison, fonctionne comme un seul et unique être vivant.
    La relation du voyage et du ciel s'articule autour d'une figure : Jean-Baptiste Lamarck, naturaliste, savant, penseur universel, le premier à oser sérier les nuages et leur donner un nom. Le premier à concevoir une liaison intime entre les êtres vivants, les milieux, les climats, l'espace et le temps. Le premier, en conséquence, à nous donner les clefs du mécanisme de l'évolution et à en fixer les bases.

  • Berlin n'est pas une belle ville à proprement parler, mais c'est une ville fascinante, à parcourir (en vélo de préférence), à regarder, à lire. Parmi les métropoles européennes, elle incarne toutes les fureurs du siècle passé, de la Germania rêvée par Hitler et ensevelie sous les bombes à la ville coupée en deux par la guerre froide, avant de devenir aujourd'hui la capitale débridée de la jeunesse européenne. Ville fantasmée, chantée, filmée : Berlin ne se visite pas, elle s'explore, à la découverte de nos propres attentes. Par endroits, le temps s'est arrêté, avec ses pavés, l'odeur du charbon et les pompes à eau Art déco. Et voilà qu'à côté se dressent les gratte-ciel post-modernes de la Potsdamer Platz, sur fond de musique techno.

  • Pour le voyageur fraîchement débarqué, l'Égypte est une bouffée d'impressions nouvelles. Il y a le ronflement des vieux taxis, le miel de la pop orientale à la radio, les néons qui brillent sur les minarets, les publicités géantes. Mais c'est aussi un univers qui nous est familier : le Nil éternel, les hommes en tarbouche, le thé qui fume, les pyramides... Ce pays mérite que l'on s'y arrête, afin de dépasser les images de l'actualité, de regarder ailleurs - en posant le nez dans la poussière des trottoirs, sur les étals des marchands de fruits ou dans les boîtes à mouchoirs des chauffeurs de taxi.
    L'Égypte est un pays à coup sûr insolite.

  • Portugal

    Collectif

  • Vanlifers, « tinistes », digital nomads... ce sont les nouveaux nomades, ces voyageurs d'un nouveau genre, en déplacement continuel. Ils parcourent le monde au volant de leurs vans en documentant leur vie sur « Insta », bâtissent leurs maisons sur une remorque pour déménager au gré de leurs envies, ou traversent la planète sur un coup de tête, un ordinateur portable pour seul bagage. Comment se lancer dans l'aventure et pourquoi ? Qui sont ces êtres migrateurs en perpétuelle itinérance et comment s'inscrivent-ils dans la riche et longue histoire du nomadisme ?
    Fruit d'une longue enquête, ce livre cherche à découvrir s'ils connaissent un bouleversement profond de leurs valeurs. Surtout, il tente de deviner ce que leurs parcours racontent, en creux, de nos vies sédentaires.

  • La promenade architecturale est un des grands plaisirs parisiens. Les immeubles remarquables ne manquent pas. Il suffit de lever les yeux pour s'émerveiller devant des cariatides songeuses et des mascarons rieurs, le savant paraphe des balcons de fer forgé, le modelé des chapiteaux et des frises, ou le tricot plus populaire de briques multicolores.
    Classée dans l'ordre chronologique, cette anthologie esquisse, à la paresseuse, une histoire des façades parisiennes, du pavillon d'Henri IV, premier immeuble-monument, à nos jours. Mais au fil du temps se détachent les trente années glorieuses de la façade de l'immeuble parisien, de 1882, date du règlement qui libère les saillies sur la rue, à 1914, qui met fin à cette Belle Époque.

  • Qu'on en commun un match de chevalerie France- Angleterre, le roi Henri IV ou une chasse aux « aliens » en Orient ? Tous prennent leurs racines dans la société médiévale et résonnent avec notre actualité bouillonnante.
    De l'enfer de la lettre de motivation, à l'obsession du selfie, en passant par notre obsession pour la fin du monde ou les licornes, chaque avatar de la modernité trouve ainsi son lointain écho médiéval.
    Défiant tous les clichés sur une période qui fait souvent l'objet de tous les fantasmes, Actuel Moyen Âge est de retour et offre - avec un savant mélange d'humour et de science - une plongée dans les profondeurs de notre histoire qui ébranlera toute vos certitudes... sur le monde actuel.

  • L'indispensable carte de randonnée ! Ces cartes topographiques d'une très grande précision contiennent tous les détails existants sur le terrain : voies de communication jusqu'au moindre sentier, constructions jusqu'au hangar, bois, arbre isolé, rivière, source... Sans oublier la représentation du relief par des courbes de niveau. Sur les TOP25 les sentiers balisés et les informations touristiques sont signalés.

  • Paris ce n'est pas que la Tour Effeil ou le musée du Louvre. C'est aussi le peuple de Paris qui s'est maintes fois révolté contre la tyrannie du moment. C'est une pépinière de révoltés et de révolutionnaires en tout genre. Des célèbres comme des peu connus.

    Ce livre est une sorte de guide touristique de l'insurrection, magnifiquement illustré, revisitant tous les arrondissements de Paris à l'aune de ces révoltes et de ces révolutionnaires. Pour connaître le vrai Paris, celui du peuple, ce livre est un outil essentiel.

  • Géographe réputé, Richard Cortambert (1836-1884) fut aussi homme de lettres, proche de Jules Verne notamment. Lorsqu'il publie Impressions d'un Japonais en France en 1864, la France connaît une « décennie japoniste » avec l'accueil de délégations nippones en France mais aussi des cours de langue japonaise à l'Ecole des Langues Orientales vivantes. On insiste souvent sur la mode du japonisme à Paris ; on connaît moins la réciproque et l'extraordinaire intérêt des élites japonaises pour la France.
    Ce goût pour la civilisation française est l'un des ressorts principaux du livre de Cortambert. Le docteur Japonais Kuen-Fou, héros de l'ouvrage, incarne cette francophilie nippone. Vrai-faux journal d'un vrai-faux Japonais, les Impressions dressent donc sur un ton souvent léger un tableau critique de la France des années 1860, celle du second Empire.
    Ces notes de voyages, véritable genre littéraire, peuvent passer pour une version XIX e siècle des Lettres persanes de Montesquieu. Mais on peut aussi les lire comme une fiction pure écrite par un auteur marqué, en 1858, par la fin de deux siècles d'isolationnisme japonais.

  • Thierry Pardo fait le récit des voyages qui ont contribué à son éducation et à celle de ses deux enfants, hors des sentiers battus de l'école. Du Népal au Nunavik, en passant par La Paz et Marrakech, Les savoirs vagabonds raconte comment les paysages lui ont appris bien plus que n'importe quel professeur. Mystère des forêts, tumulte des villes, silence des déserts, ivresse des montagnes, profondeurs de la mer... tous les éléments incarnent ce pouvoir de transformation que le voyageur recherche.
    Méditation poétique et philosophique sur la condition humaine, la construction identitaire, le rapport à l'altérité, la solitude et la liberté, mais aussi sur le tourisme ou les moyens de transport, Pardo nous invite à retrouver notre intimité avec la nature et notre solidarité avec l'univers.

  • En juillet 2009, à Urumqi, des violences éclatent entre Ouïghours et Chinois han, en réponse à la sinisation forcée du Turkestan oriental, ou région autonome du Xinjiang. Dix ans plus tard, en novembre 2019, le New York Times publie plus de plus de 400 pages de documents secrets révélant les rouages internes de l'impitoyable oppression visant les Ouïghours et le système de détention de masse mis en place par le gouvernement chinois durant la décennie. Minorité turcophone et musulmane établie à l'Ouest de la Chine, le peuple des Ouïghours subit depuis longtemps une campagne de répression d'une violence inouïe. Assimilation forcée, patrimoine détruit, interdictions de quitter le territoire pour accomplir des pèlerinages ou de parler leur propre langue étaient le quotidien de ces populations. Mais depuis les années 2010, c'est un véritable enfer orwellien que vivent les Ouïghours, étroitement surveillés par le régime. Actuellement, on estime que plus d'un million d'entre eux seraient détenus dans des camps dits « de rééducation ». Dans cet ouvrage qui a fait date, Sylvie Lasserre relate son reportage clandestin dans cette région chinoise et y révèle les ressorts du contrôle qui pèse sur les Ouïghours. Dans cette nouvelle édition actualisée, son livre offre un éclairage nécessaire sur des persécutions entre trop ignorées et qui n'ont fait que s'aggraver ces dix dernières années.

  • La route de la soie

    Alfred de Montesquiou

    • Chene
    • 18 Octobre 2017

    Qui n'a jamais rêvé d'arpenter les régions de Chine et d'Asie Centrale comme le firent des milliers de caravaniers pendant presque 2 000 ans ? De s'imprégner des richesses culturelles des civilisations et des empires ? D'endosser tour à tour l'habit de l'explorateur, de l'archéologue, voire de l'ambassadeur, pour s'étourdir de cultures et de rencontres avec des peuples de tous les horizons ? Dans les pas de Marco Polo, Alfred de Montesquiou emmène les amoureux du voyage et de l'aventure sur les 12 000 km de la route de la soie.
    De la Turquie à la Chine, en passant par l'Iran et l'Ouzbékistan, il partage ses aventures avec nous et nous révèle les empreintes laissées par les innombrables échanges, commerciaux, culturels et religieux. Au cours du périple, histoires et anecdotes dressent un tableau par petites touches de ce que représente encore aujourd'hui cette route légendaire.

  • Ethiopie

    Eric Lafforgue

    Après de nombreux voyages en Éthiopie, du nord au sud et d'est en ouest, le photographe-voyageur Éric Lafforgue publie un beau-livre exceptionnel mettant en lumière l'acuité de son regard et son talent d'observateur-photographe. Au fil du temps, il a pu se faire accepter dans certaines cérémonies jusqu'alors interdites aux étrangers. Au-delà de l'esthétisme qui se dégage de ses images, c'est donc aussi un document exceptionnel sur l'Éthiopie contemporaine qu'il nous propose.
    De nombreux grands thèmes liés aux différentes ethnies du pays sont abordés dans le livre où apparaissent des images inédites de cérémonies. Le travail ethnographique nous renseigne sur la culture des différents groupes ethniques et met à l'honneur toute la richesse du patrimoine culturel éthiopien.

  • Les micronations sont des États auto-proclamés, dont la taille varie des quelques mètres carrés de la chambre d'un adolescent dans une banlieue américaine au quartier d'une ville, d'une bande de terre entre deux rivières à une île apparue un matin et retournée dans les eaux quelques jours plus tard. Toutes en commun d'avoir jailli dans l'esprit de gens en quête de liberté qui, à partir d'un territoire, ont désiré s'affranchir des lois en créant les leurs - leur constitution, leur monnaie, leur site Internet, où vous pouvez vous faire naturaliser. Les raisons qui les y ont poussés sont très diverses : l'idéalisme, la politique, l'art, l'écologie, l'évasion fiscale, ou a farce.
    Cet inventaire offre une recension exhaustive des micronations en exercice. En faisant le récit, pour chacune d'elles, de sa création et de son évolution, Graziano Graziani offre un précis des aspirations humaines à l'invention et à la liberté.

    Graziano Graziani est journaliste en Italie, entre autres pour la RAI, et critique de théâtre.

  • S'affichant en héritier de Charlemagne, Napoléon voulut bâtir un empire dépassant celui des Carolingiens. Et de Paris, il entendit faire la capitale de cet empire. Il en fut donc le premier urbaniste, s'employant à moderniser et à embellir la ville.
    En améliorant l'éclairage public, en creusant des égouts, en élevant des marchés et des halles, en alimentant de nombreuses fontaines. l'Empereur changea le quotidien des Parisiens. Mais c'est aussi de faste qu'il rêvait ; il aménagea de splendides promenades, fit construire des palais et des monuments, en restaura d'autres.
    Dans le même temps, le clan Bonaparte investissait les palais de la royauté tandis que les généraux de la Grande Armée s'établissaient dans les hôtels de la vieille aristocratie : c'est dans l'opulence, le luxe et la grandeur que devait être célébrée la légende napoléonienne.

empty