Zulma

  • « Transformer le monde, a dit Marx. Changer la vie, a dit Rimbaud. Ces deux mots d'ordre pour nous n'en font qu'un. » Il est temps de faire nôtre cette formule d'André Breton. Confrontés à un événement sans précédent et d'ampleur universelle, nous voilà, depuis un an, à même de constater notre peu de réalité. Nous sommes tous projetés vers le « monde d'après » : mais ce monde, quand commence-t-il, avec quels paradigmes, et pour quelle reconstruction ? Ce numéro s'interroge sur toutes ces aspirations nouvelles - écologiques, politiques, sociales aussi bien qu'artistiques.

    Apulée # 6 Changer la vie rassemble des poètes consacrés ou à découvrir, des romanciers, chercheurs, artistes - Adonis, Jean Amrouche, Joséphine Bacon, Aurélien Barrau, Yahia Belaskri, Anouar Benmalek, Jean Bernard, Jean-Marie Blas de Roblès, Jean-Claude Bologne, Laure Cambau, Katia Chibi, Louis-Philippe Dalembert, Jean Dausset, Laurent Degos, Julien Delmaire, Alain Deneault, Ananda Devi, Pascal Dibie, Delphine Durand, François-Michel Durazzo, Emmanuelle Favier, Tristan Felix, Gu Cheng, Hubert Haddad, Adam Horovitz, Eva Illouz, Abduqadir Ju¨me, Sony Labou Tansi, Michel Le Bris, Yvon Le Men, Carole Martinez, Albert Memmi, N. Scott Momaday, Laure Morali, Jean-Pierre Otte, Cécile Oumhani, Catherine Pont-Humbert, Jean Portante, Lionel Ray, Leïla Sebbar, Sami Tchak, Irina Teodorescu, David Toscana, Claude Vigée, Laurence Vilaine, Carole Zalberg...

  • Fidèle à l'appel constant des autres rives et des antipodes, dans l'ardente continuité de ses quatre premiers numéros - Galaxies identitaires, De l'imaginaire et des pouvoirs, La guerre et la paix et Traduire le monde -, la revue Apulée poursuit sa double investigation : face aux bouleversements de l'actuel et dans l'espace inaliénable de la création toujours en devenir.
    Dans cette cinquième livraison, c'est le tissage et le métissage des langues - avec au coeur la traduction à l'origine des grands humanismes tant méditerranéens qu'occidentaux - qui sont à l'honneur.
    Essayistes, romanciers, nouvellistes, traducteurs, plasticiens et poètes nous rappellent au choix impérieux de l'éveil, du qui-vive et de la parole libre face aux pires dérives, en cette période de régression identitaire, de puérilisme généralisé et de démission compulsionnelle. Avec à l'esprit l'injonction de Lautréamont : « Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuel. »

  • Apulée t.4

    Apulée

    On accède majoritairement aux cultures du monde par la traduction.
    Plus une langue s'emploie à traduire, plus s'éploient ses capacités inven- tives. Les grandes heures d'une culture correspondent aux apports décisifs des langues autres, étrangères, toujours plus ou moins apparentées, ne serait-ce que par la vigoureuse, multiforme analogie des espaces symbo- liques.
    « Quand une langue n'emprunte plus à une autre, elle se fige », disait justement Alain Rey. Et plus encore peut-être quand elle ne voyage pas dans une, dans plusieurs autres.
    Ainsi visitera-t-on les langues enfouies, archéologiques, et leurs trésors, les langues vernaculaires, les langues vivantes sino-tibétaines, sémitiques ou subafricaines. Ce numéro sera illustré de multiples graphies avec un soin particulier dans la mise en page. Les systèmes d'écriture alphabé- tiques y côtoieront les formes logographiques et syllabiques.
    Il s'agit plus que jamais de relancer et d'exalter l'aventure existentielle dans ses grandes largeurs, à commencer par ces lointains qui nous ras- semblent, fidèles à l'appel constant des autres rives et des antipodes, à savoir cette idée toujours neuve de la liberté, dans l'interdépendance et l'intrication vitale des cultures.
    La traduction sera donc à l'honneur. Langue source, langue cible : c'est ainsi que les époques et cultures s'enlacent et se répondent, se tissent et se métissent.

  • Fidèle à l'appel constant des autres rives et des antipodes, dans l'ardente continuité de ses deux premiers numéros - « Galaxies identitaires » et « De l'imaginaire et des pouvoirs » -, la revue Apulée continue d'investir tous les territoires de la littérature, de la pensée vive, de la poésie et de l'image.
    C'est sur le thème de « La guerre, le monde et la paix » que s'articule cette nouvelle livraison.

    Dossiers : Albert Camus, Frantz Fanon, Nabile Farès, Madeleine Riffaud, Jean Sénac, le camp de Rivesaltes.

    Avec les contributions de : Yahia Belaskri, Jean-Marie Blas de Roblès, Belinda Cannone, René de Ceccatty, Patrick Chamoiseau, Catherine Clément, Emmanuelle Collas, Julien Delmaire, Ananda Devi, Éric Faye, Nâzim Hikmet, Vénus Khoury-Ghata, Michel Le Bris, Yvon Le Men, Jean-Luc Nancy, Bernard Noël, Cécile Oumhani, Serge Pey, Néhémy Pierre-Dahomey, Catherine Pont-Humbert, Jean-Luc Raharimanana, Jean Rouaud, Éric Sarner, Leïla Sebbar, Salah Stétié, Sami Tchak, Ilarie Voronca, Abdourahman A. Waberi, Carole Zalberg...

  • « Il y a du beau monde à l'affiche de cette nouvelle revue annuelle "de littérature et de réflexion" lancée par les éditions Zulma sous la houlette de l'écrivain Hubert Haddad : Adonis, Jean-Marie Blas de Roblès, Colette Fellous, J.M.G. Le Clézio, Alain Mabanckou, Sylvain Prudhomme, Jean Rouaud, Boualem Sansal, Leïla Sebbar...
    Des écrivains tournés vers la découverte, de l'autre ou du monde. Baptisée Apulée, du nom d'un auteur berbère du IIe siècle, cette épaisse et élégante revue se veut "un lieu de transmission à ciel ouvert, un carrefour des mondes à l'écart des enjeux de pouvoir", avec pour premier espace d'exploration l'Afrique et la Méditerranée. » [Alexandra Schwartzbrod, Libération, à propos du premier numéro d'Apulée.] Dans l'ardente continuité de son numéro inaugural, fidèle à l'appel constant des autres rives et des antipodes, la revue Apulée continue d'investir tous les territoires de la littérature, de la pensée vive, de la poésie et de l'image. Et c'est autour du thème De l'imaginaire et des pouvoirs - avec une mise à l'honneur de Driss Chraïbi et de Mohammed Dib - que s'articule cette nouvelle livraison : tant à travers les fécondes controverses qu'il suscite, que dans les heureuses fictions qu'il inspire, au gré de réflexions ouvertes, d'alertes parades ou d'harmonies secrètes...
    Contact

  • Cette nouvelle revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s'engage à parler du monde d'une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d'un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d'enjeu l'Afrique et la Méditerranée.

    C'est autour du nom prestigieux d'Apulée - auteur berbère d'expression latine qui, avec l'Âne d'or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l'imaginaire - que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d'horizons divers. Romanciers, nouvellistes, plasticiens, penseurs et poètes des cinq continents auront la part belle pour dire et illustrer cette idée de la liberté, dans l'interdépendance et l'intrication vitale des cultures.

    Avec ce numéro inaugural, c'est sur le thème des Galaxies identitaires que la revue Apulée entre en scène pour tenter d'en finir avec les enfermements idéologiques, les replis élitistes et les fanatismes aveugles. Et la création et la réflexion ont beaucoup à dire sur les identités.

    Avec des contributions de : Abed Azrié, Yahia Belaskri, Jean-Marie Blas de Roblès, Julien Delmaire, Mathias Énard, Colette Fellous, Hubert Haddad, Abdellatif Laâbi, Alain Mabanckou, Albert Memmi, Alain Nadaud, Bernard Noël, Sylvain Prudhomme, Jean Rouaud, Boualem Sansal.

empty