Syros

  • Pour la naissance de Joseph, son grand-père, un tailleur qui habitait de l'autre côté de la rue, lui offrit une magnifique couverture cousue de ses mains. Joseph grandit mais ne s'en séparait jamais, c'était son schmat doudou, mieux, dégoûtant vraiment, sa mère le jeta. Vite ! Joseph le récupéra dans la qu'une peluche, il la traînait partout. Un soir, voyant le schmat doudou sale et déchirépoubelle et, ni vu ni connu, traversa la rue pour se rendre chez son grand-père...

  • De part et d'autre de la rivière, les Ours et les Renards sont fâchés depuis très longtemps. Sauf Boucle rousse et Petit Ours, qui s'envoient des baisers depuis leur fenêtre. Un jour, popopopopom... les Ours partent manifester pour sauver les abeilles ! Alors Boucle Rousse, même si « y a pas le droit », traverse la rivière et arrive chez Petit Ours.

  • Depuis toujours, les moutons se font dévorer par le loup. Tout le monde est d'accord là-dessus. Alors quand le loup a emporté le mouton malade, on n'a rien dit parce qu'on n'était pas malade. Quand le loup s'est attaqué au mouton noir, on n'a rien dit parce qu'on n'était pas noir. Mais quand le loup a englouti le bélier, on s'est dit que notre tour allait bientôt arriver...

    Ajouter au panier
    En stock
  • La rédaction

    Antonio Skármeta

    antonio skârmeta est né à antofagasta, au chili, en 1940. il est l'auteur de romans et de nouvelles qui ont reçu de nombreux prix et ont été traduits dans vingt-cinq langues. son roman une ardente patience a été adapté à l'écran sous le titre il postino ; il a obtenu cinq nominations aux oscars et a été un succès mondial. alfonso ruano est né à tolède, en espagne, en 1949. il a étudié la peinture à l'ecole des beaux-arts de madrid et travaille depuis 1976 aux éditions sm, où il est actuellement directeur artistique. comme il le dit lui-même pour ce livre : " j'ai voulu faire les images d'un reportage. "

  • Tigre, Éléphant, Serpent et Hibou se rencontrent un jour et ont une petite conversation. Ils décident de construire la maison de leur rêve ! Il y aura...Une salle de bains.
    Pour quoi faire ? Les animaux se lavent à la rivière. Il y aura...Un placard et des rangements. Pour quoi faire ? Ils ne portent pas de vêtements. Une cave et un grenier. Pour quoi faire ? Une pièce, c'est déjà bien assez... Une fois le matériel réuni, c'est parti !
    Bing, bing ! Paf, paf ! Bang, bang ! C'est le grand bazar.

  • Quand Sène ne va pas à l'école, il aime accompagner son oncle Papa Diop dans son taxi-brousse. Car même si le trajet est toujours le même - il relie Dakar à Saint-Louis du Sénégal -, pour Sène c'est chaque fois une aventure différente : un jour, il fait monter dans le taxi toute une équipe de lutteurs qui vient de gagner un tournoi important, un autre c'est une mariée, et un autre encore, une femme qui accouche dans le taxi !

  • Un petit garçon et sa mère sont si pauvres qu'ils n'ont plus une pièce dans leur porte-monnaie ! "Ca ne fait rien, se dit le garçon, je pars à l'aventure." Une fois dans la forêt, il entend un grand bruit. Il s'approche. Un gros diable chantait : "Aujourd'hui, je mange de la viande. Après-demain, je vais manger le fils du roi." Voilà qui est intéressant...

  • Quand Kikko se réveille ce matin-là, tout est blanc dehors. Son papa part à l'autre bout de la forêt pour aider Grand-mère à déblayer son toit. Mais il oublie d'emporter avec lui le gâteau spécialement préparé pour elle ! La petite Kikko décide alors de l'apporter elle-même à Grand-mère... Et la voilà qui suit les traces de son papa dans la neige, se hâtant derrière la grande silhouette au manteau noir qui s'enfonce dans le bois.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ti Moun pa ti roch / Les enfants ne sont pas des cailloux.
    Ti Moun pa ti roch / On me dit que je grandis / Mais je suis tout petit.
    Je veux être grand très vite / Etre fort tout de suite / Ti Moun pa ti roch.

    Ti Moun est un petit garçon qui veut grandir et être fort, très fort. Il sort de chez lui et rencontre un chien, un taureau, un cheval puis un chat. Il demande à chacun : « Qu'est-ce que tu manges pour être si fort ? »

  • Diabou Ndao raffole des gnioules, ces petites noix de palmier que l'on casse pour croquer l'amande qui se trouve dedans. Jour et nuit, Diabou Ndao casse inlassablement ses gnioules ! Mais une nuit qu'elle est seule dans la cour de la maison, à se régaler, on entend un lion rugir au loin. " Ce n'est pas un petit lion qui fera courir Diabou Ndao ", assure la filette. Pourtant les rugissements ne tardent pas à se rapprocher...

  • Il était une fois un buffle qui vivait dans l'eau. Perché sur sa corne, un petit oiseau, tout petit et tout jaune, chantait son chant d'oiseau, son monde d'oiseau, sa vie d'oiseau. Un jour, l'homme vient au bord de l'eau et invite le buffle à travailler avec lui, à labourer, puis à semer le riz. Et l'oiseau ? L'oiseau chante ! Il chante pour le buffle ! Il chante pour l'homme ! Il chante pour le champ !

  • Un jour, Falguni la marchande de fruits trouve un crocodile dans le fossé. « Attrapez-le ! » crient les villageois terrorisés. Mais qui va s'en charger ? Monsieur l'agent avec son bâton ? Le docteur Dutta avec son injection ? Bhayanak Singh et ses muscles d'acier ? La peur leur fait faire n'importe quoi. Ce sera une petite fille qui, avec de la gentillesse et du bon sens, trouvera le moyen de faire sortir le crocodile du village sans lui faire de mal.


  • en 1942, le nord de la france était occupé par l'armée allemande qui l'avait envahi.
    lydia et moi, hélène, nous avions huit ans et demi, ni la guerre, ni les allemands ne nous empêchaient d'aller à l'école, de jouer, de nous disputer et de nous réconcilier, comme toutes les autres amies du monde. un jour, pendant que nous jouions près d'elle, la maman de lydia a cousu une étoile jeune sur leurs vestes.

  • "Le 0 pour un oeuf qui tient debout, Le 1 pour le plus petit drapeau du monde, Le 2 pour se souvenir que le Petit Canard n'a pas toujours été vilain, Le 3 pour les baisers de bonne nuit...".

    Les images d'Isol nous mènent encore plus loin dans ce monde de poésie, où tout semble possible. Les situations qu'elle imagine apportent une profondeur étonnante : on se sent tour à tour, ou peut-être à la fois, curieux, attendri, amusé... Et l'on se prend à un jeu passionnant, chercher dans les images les chiffres, les nombres évoqués, et les associations d'idées.

  • Pour la première fois, Petit-Tigre s'aventure loin de chez lui, loin, de plus en plus loin... Effrayé par une chèvre, il se réfugie dans un arbre où il est capturé par des chasseurs. Mais que vont-ils faire de lui ? Le conduire au zoo, l'attacher à un arbre ou le peindre en bleu ? Et s'ils lui rendaient plutôt la liberté ?

  • Les parents de Lydia ont des difficultés et l'envoient comme apprentie à la boulangerie de son oncle Jim, à la ville...

    Crise de 1929, séparation, récit épistolaire, joie de vivre, jardinage. Dans les années 1930, aux États-Unis où la crise sévit, la jeune Lydia doit se rendre en ville pour travailler chez son oncle. Elle entreprend de transformer son environnement morose en jardin luxuriant...

    Sélectionné par le ministère de l'Education nationale.

  • Une aventure à travers une série d'histoires courtes se complétant les unes avec les autres. Un chapeau emporté par le vent tombe dans un ruisseau, une grenouille saute dans le chapeau et se laisse guider au fil de l'eau, un gros poisson affamé mangerait bien la grenouille, un monsieur triste, au bord de l'océan, rêve de sirènes et de fées et pêche le gros poisson...

  • Gabriel perd sa toupie et en est profondément attristé. Seule Anne-Lise, une camarade d'école un peu étrange, perçoit son désarroi et vient le réconforter. Elle prétend savoir où il peut la retrouver et l'entraîne vers une maison gardée par un homme énigmatique. Cet homme, c'est le gardien de l'oubli. On peut venir chez lui chercher ce que l'on a perdu, mais seulement trois fois, et à la condition que cela soit important. Dans la salle des jouets perdus, Gabriel, émerveillé, finit par retrouver sa toupie. Mais le lendemain, Anne-Lise disparaît de l'école. Gabriel retourne alors chez le gardien de l'oubli pour tenter de la retrouver.

  • Il était une fois un petit garçon qui habitait dans une maison, tout à côté de la forêt. Et dans cette forêt il y avait des loups, des loups qui hurlaient le jour, des loups qui hurlaient la nuit.
    Ça faisait « OUH OUH OUH... »

  • « Mon petit frère n'est jamais d'accord avec moi. J'essaie de lui expliquer, mais il ne m'écoute pas.

    - Peut-être que vous avez raison tous les deux, dit maman. Pour le savoir, ferme les yeux. ».

    Un hymne à la différence, qui démontre avec tendresse qu'il y a bien des façons d'apprécier le monde.

empty