Matthieu Lelièvre

  • À l'orée d'une année 2021 qui verra le travail de Christine Crozat largement diffusé, cette première vaste monographie relate les trois dernières décennies du travail de l'artiste et arrive à point nommé. Fruit des envies et des efforts conjoints de l'artiste elle-même, de plusieurs centres d'art, de collectivités territoriales, de ses galeries, d'amis et de passionnés, cet ouvrage est le témoignage de l'amour que la société - pas seulement le monde de l'art et ses collectionneurs - voue à ses créateurs, et un hommage qu'elle leur rend, en reconnaissance du bonheur qu'ils nous procurent. Plus qu'une monographie consacrée à son oeuvre, ce livre, est, comme une part d'elle même, son oeuvre à part entière.

    At this very beginning of 2021, a year during which the work of Christine Crozat will be widely disseminated, this first vast monograph recounts the past three decades of the artist's work and comes at an appropriate time. Resulting from both the desires and efforts of the artist herself, of several art centers, local authorities, of her galleries, friends and enthusiasts, this work is the testimony of the love that society - not only the art world and art collectors - dedicates to its creators, and is a tribute to them, in acknowledgement of the joy they give us. More than a monograph dedicated to her work, is like a part of herself, her work as a whole.

  • À travers son oeuvre, Edi Dubien, né en 1963, aborde la question de la construction sociale, psychologique et émotionnelle de l'individu.
    Il développe avec sensibilité un dialogue entre l'enfance et la nature, et dénonce la violence subie en prêtant sa voix aux enfants transgenres. L'artiste s'est ainsi distingué, depuis quelques années, par la réalisation de séries de dessins représentant des visages d'enfants et d'adolescents au regard absent, fuyant ou frontal, mais toujours empreint d'émotion et d'humanité. Souvent accompagnées d'animaux, ces jeunes personnes incarnent avec subtilité des questionnements fondamentaux, liés à la construction de l'identité et à la liberté d'être soi-même dans un monde chargé d'une violence normalisante, à la fois mentale et physique.

  • Cette luxueuse monographie présente une large sélection des oeuvres d'Izumi Kato, peintre et sculpteur japonais connu pour ses mystérieuses représentations de figures humaines à l'esthétique primitive, et des vues d'exposition. Elle est accompagnée de quatre textes critiques originaux et d'un poème de l'artiste.

    Né en 1969 à Shimane au Japon, Izumi Kato obtient un diplôme du Département de Peinture à l'Huile de l'Université de Musashino en 1992. Il vit et travaille désormais à Tokyo. Depuis les années 2000, Kato suscite l'attention grâce à ses expositions au Japon et dans le monde. En 2007, il est invité à la 52e exposition internationale de la Biennale de Venise, dont le commissariat était assuré par Robert Storr.
    Des enfants aux visages troublants, des embryons aux membres pleinement développés ou les esprits d'ancêtres enfermés dans des corps aux formes imprécises : les créatures réunies par Izumi Kato sont aussi fascinantes qu'énigmatiques. Leurs silhouettes anonymes et leurs visages étranges, aux traits absents, sont avant tout de simples formes aux couleurs fortes. Leur représentation élémentaire, une tête ovale avec deux grands yeux d'une insondable profondeur, n'est pas sans rappeler les arts primitifs. Leurs expressions évoquent des totems et la croyance animiste qu'une force spirituelle coule dans le monde vivant comme dans le monde minéral. L'aura que dégagent ces personnages semble manifester le premier mouvement de vie, tandis que l'intensité de leur expression nous donne accès à une connaissance de l'homme fondée moins sur la raison que sur l'intuition. Incarnant une forme universelle, primitive de l'humanité, ces êtres magiques invitent le spectateur à s'identifier à eux, comme s'il se regardait dans un miroir.

empty