Nicolas Wild

  • En 2005, Nicolas Wild, dessinateur de bande dessinée, trouve à la fois un plan squat et un boulot. Seulement c'est un peu loin : à Kaboul, dans un Afghanistan encore instable après la guerre. Voilà donc ce jeune insouciant transporté dans une capitale en crise, chargé de dessiner une adaptation de la constitution afghane, puis d'oeuvrer à une campagne de communication pour la lutte contre l'opium. Un véritable succès pour cette série portée par l'engouement de ses lecteurs.

  • Partez en tour du monde avec l'auteur de Kaboul Disco, Kaboul Requiem et Ainsi se tut Zarathoustra ! Infatigable globe-trotteur et reporter graphique au mépris du danger, Nicolas Wild enfile une fois de plus sa casquette d'aventurier entre une sortie piscine et une partie de poker, pour notre plus grand plaisir. Envoyé en reportage autour du globe par arte, l'armée française ou mu par ses propres envies, il livre à l'issue de chacune de ses missions un récit court marqué par son regard tout à la fois pertinent et décalé. De la France au Népal, en passant par l'Ukraine, la Turquie et le Liban, le regard faussement naïf de Nicolas Wild et sa patte reconnaissable entre toutes apportent une fois encore un éclairage fascinant sur des réalités géopolitiques méconnues, qui s'entrelacent aux quatre coins du monde.

  • On avait quitté Nicolas en Afghanistan ; on le retrouve à proximité de Téhéran, venu assister à l'inauguration du centre culturel Zoroastrien de Yazd. A travers ce séjour en Iran, mais surtout dans les coulisses du tribunal de Grande Instance à Paris, il nous dévoile les dessous d'une affaire qui avait bien peu de chances d'arriver jusqu'à nous.
    Son amie Cassandra a perdu son père, le dénommé Kasra Vadarafi. Figure emblématique de la culture Zoroastrienne (plus vieille religion monothéiste du monde) en Iran doublé d'un humaniste au franc-parler, Kasra s'était attiré les foudres de la république islamique à plusieurs reprises, se voyant régulièrement pris à parti ou menacé de mort.
    Son assassinat intervient dans une vague de meurtres ayant touché les leaders Zoroastriens à travers le monde (entre 2005 et 2008) mais qui ressemblent plus à des affaires de moeurs qu'à des assassinats politiques.
    Sans perdre son indéfectible sens de l'humour, Nicolas décortique les « non-dits » d'un procès instruit comme une banale affaire de moeurs. et nous propose sa propre version des faits.

  • Après de brèves vacances passées dans son Alsace natale (le temps de boire quelques bières), Nicolas est de retour en Afghanistan, pour un nouveau contrat à l'agence de communication Zendagui.
    La Constitution Afghane désormais illustrée en bande dessinée (voir le tome 1), Nicolas doit oeuvrer à une campagne de communication pour la lutte contre l'opium. Le slogan à illustrer, particulièrement original, est : « L'Opium, c'est mal ».
    Devenu seul auteur de BD (son collègue est parti) d'un pays auquel il s'attache de plus en plus, Nicolas continue de mener sa drôle d'existence d'expatrié dans un Kaboul moins pacifié qu'on ne pourrait l'espérer.
    Un regard de faux naïf, ironique et pertinent sur les réalités d'un pays, dont l'instabilité va croître au fur et à mesure du récit.

  • En 2005, Nicolas Wild, dessinateur de bande dessinée sans domicile fixe, trouve à la fois un plan squat et un boulot. Seulement c'est un peu loin : à Kaboul, dans un Afghanistan encore instable après la guerre.
    Voilà donc ce jeune insouciant transporté dans une capitale en crise, chargé de dessiner une adaptation de la constitution afghane, puis de travailler sur la campagne de recrutement de l'armée. Il devient dès lors un observateur privilégié de la reconstitution hésitante du pays tout en menant la drôle d'existence des expatriés occidentaux à Kaboul. Il sent progressivement naître un fort attachement pour ce pays où il décide, malgré les risques de prolonger son contrat.
    Un regard ironique et pertinent sur les réalités de ce pays au coeur de l'actualité.

  • Un homme a la maison des femmes - one-shot - a la maison des femmes Nouv.

    Les violences faites aux femmes sont plus visibles qu'avant. Mais ces avancées sont fragiles et l'on craint toujours l'effet du moment qui ne dure pas. Des volontés se sont réunies au sein de la maison des femmes, plaine Saint Denis, qui s'obstinent à venir en aide à celles qui en ont besoin. Nicolas Wild, véritable éponge émotionnelle, est allé les interviewer. Son reportage est fort et édifiant...

  • Son épouse a beau le supplier de ne plus risquer sa vie en Afghanistan, Sean Langan ne peut d'empêcher d'y retourner. Ce pays, le journaliste anglais, le connait comme sa poche depuis son premier reportage làbas, en octobre 1999, pour la BBC.
    C'était avant le 11 septembre, avant l'intervention des troupes occidentales...
    En 2008, alors que Sean cherche à interviewer un chef pachtoune taliban, combattant les forces de l'OTAN, lui et son fixer se font kidnapper en zone tribale pakistanaise. Leur vie ne tient plus qu'à un fil...
    Heureusement, son humour anglais le tient à l'abri du désespoir. Et les complexes mais généreuses règles de l'hospitalité pachtounes le protègent finalement des pires menaces. Depuis son cachot, Sean se fait même l'observateur avisé des tensions qui agitent ces tribus d'hommes d'honneur...
    Au travers des aventures de Sean Langan, Nicolas Wild porte une nouvelle fois un regard décapant et plein d'humour sur la réalité afghane.

  • Lorsque les membres d'une ONG offrent à Sunakali et à ses amies un ballon de football, celles-ci s'en emparent et n'ont plus qu'une passion : y jouer ! Mais le destin de ces petites gardiennes de chèvres est bouleversé par l'arrivée dans leur village du Népal, d'un entraîneur à la recherche de joueuses pour constituer une équipe féminine nationale. Sunakali ne sait pas encore qu'elle va vivre une aventure exceptionnelle et devenir une championne, la « Messi de l'Himalaya ».

  • Simon travaille dans un centre médical. Poursuivant une jeune patiente fugueuse (Séverine du Voeu de Marc) dans les sous-sols, il tombe bien malgré lui sur le génie radin de la lampe de poche, qui n'exhausse qu'un voeu. Décontenancé, il formule celui de pouvoir (ainsi que son équipe) soulager les patients de leurs maux, pour rendre leur calvaire plus supportable.

    Ce pouvoir généreux et désintéressé va se révéler exigeant pour ses bénéficiaires : afin de soulager leurs patients, ils leur faut en effet prendre sur eux tous les maux de ces derniers. Avec toutefois la possibilité de les leur rendre. Ils décident donc de proposer à leurs patients d'être libéré de leurs douleurs le temps d'une journée.

    Mais quelqu'un qui se trouve soulagé de ces maux pour la journée peut-il être aussi honnête que Simon et ses collègues ?

  • L'actu, tu ne peux pas la louper. Un flash info entre deux hits à la radio, les men in blue de 20 minutes qui te proposent l'édition toute fraîche du jour devant le lycée, les alertes du Monde.fr sur ton Smartphone, le JT de Claire Chazal juste avant les Simpson ; quelle que soit l'info, elle te parviendra forcément. De sa source à son destinataire (toi !), quels ont été les méandres de son parcours ? Tu verras qu'il existe plein de façons de percevoir et de traiter l'actu. Qu'a-t-on le droit de dire ? Les journalistes sont-ils tous objectifs ? Quid du pouvoir et de l'argent détenus par les médias ? Quel avenir pour le journalisme ? Tu tiens entre les mains un abécédaire qui met la presse à nu, et dévoile les plus mystérieux dessous d'un sujet brûlant d'actualité.

empty