Marylin Plénard

  • Ouvrez ce livre et envolez-vous pour les quatre coins du monde à la rencontre de femmes libres, courageuses et sages. Bâtissez une ville à nulle autre pareille avec la princesse du désert. Tremblez pour l'intrépide Wungala, qui sauva son fils des griffes d'un démon. Admirez l'intelligence de Rachel, qui sut rendre son mari aussi sage qu'elle. Respirez le parfum de la liberté en cheminant au côté de la jeune fille qui voulait passer sa vie avec les rennes.
    Enfin un recueil de contes traditionnels dont les femmes sont les authentiques héroïnes !

  • La « Caravane des contes » fait halte chez les sorciers et les sorcières. Si, en France, l'image de la sorcière est celle de la mauvaise fée se penchant sur le berceau d'un nouveau-né pour lui souhaiter les pires chagrins, ailleurs, il en est souvent autrement. Ainsi, aux Philippines, c'est grâce à une sorcière au sourire carnassier qu'un daim échappa à un monstre mi-chien, mi-lion. Et, sur une île entre Nouvelle-Guinée et Australie, si les gens mangent à leur faim, ils peuvent en remercier un magicien qui s'aventura jusqu'au royaume des morts pour en rapporter le premier cocotier. Mais, en pays sorcier, tout n'est pas rose, évidemment ! Que ce soit en Amérique du Nord, où une sorcière très « collante » devint la fleur de bardane, ou en Indonésie, où la sorcière Leleh brisa l'amitié ancestrale entre les crocodiles et les hommes. Ces contes dénichés aux quatre coins du monde sont traduits pour la première fois en français.

  • Le 27 avril 1994, Nelson Mandela, 75 ans, vote pour la première fois de son existence lors d'élections démocratiques. Le 9 mai, il devient le premier président noir d'Afrique du Sud. La défense des droits des Noirs de son pays aura été le combat de toute sa vie.

  • Enfant rebelle, étudiant brillant, Albert Einstein rêve de devenir professeur de sciences physiques et mathématiques. A 20 ans, il est un obscur employé... qui, durant son temps libre, échafaude les théories qui vont révolutionner la physique et faire de lui un immense savant.

  • S'appuyant sur des témoignages, La Moitié de l'humanité, ce sont quatre histoires de femmes d'aujourd'hui racontées par leur fille ou leur petite-fille. Elles parlent, avec humour, tendresse et émotion, des difficultés rencontrées par leur mère ou leur grand-mère pour affirmer leur autonomie, pour accéder à l'éducation, pour que soit respecté leur corps, pour que devienne effective l'égalité homme-femme au travail. Avec un petit clin d'oeil final aux garçons, pour qu'eux aussi conquièrent leur liberté.

  • Héros, saints chrétiens, paysans, princesses, fées, vache blanche, porc noir, saumon de la Connaissance, trèfle, pomme de terre, citrouille d'Halloween, harpe vivante... font l'âme de l'Irlande, cette contrée des merveilles où les antagonismes sont faits pour s'entendre. Où l'Histoire et l'imaginaire, le temps des demi-dieux et celui des saints se juxtaposent. Où l'extraordinaire et le banal se lancent des piques. Où la poésie et le sarcasme se mélangent.
    La première partie offre des extraits des grands cycles mythologiques gaéliques, tels que le Lebor Gabala Erenn, qui relate les invasions mythiques successives de l'Irlande, remonte à l'époque médiévale et s'est transmis par voie orale jusqu'au VIIIe siècle, date à laquelle les clercs en ont couché les chroniques par écrit tout en le remaniant afin qu'elles soient en phase avec les préceptes de l'Église catholique. On y trouve des récits qui parlent de l'origine des personnages mythiques (« La Première Fois qu'on entendit parler du Leprechaun ») ou de sites : « La Fondation d'Emain Macha, l'ancienne capitale d'Ulster », « Qu'est-il arrivé au pont bâti entre l'Irlande et l'Ecosse ? »).
    La seconde partie est consacrée aux contes, récitations et témoignages qui, à partir du XIXe siècle, furent collectés auprès des paysans irlandais. Les contes d'origine chrétienne y sont fréquents. Y figurent également des légendes mettant en scène les saints majeurs : sainte Brigitte, à ne pas confondre avec la déesse Brigit, ou saint Patrick, bien que sa vie soit intimement liée à la période préchrétienne. Dans cette seconde partie, les contes des origines sont suivis d'autres contes, qui en reprennent les sujets. Par exemple, à ceux sur l'origine des fées succèdent contes et témoignages présentant leurs pouvoirs ou la façon de se protéger de leurs rosseries.
    D'autres thèmes chers aux coeurs irlandais n'ont pas droit à leur conte des origines. Ainsi, la pomme de terre, bien que la croyance veuille que les premières se soient échouées sur le littoral d'Erin après le naufrage de l'Invincible Armada dont les bateaux en transportaient à son bord, aura, à la place, droit à un poème en son honneur, lequel dit tout de l'enthousiasme qu'elle suscite.

  • Germaine Tillion fut l'une des premières ethnologues françaises. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut aussi une figure de la Résistance, ce qui lui valut d'être déportée au camp de concentration de Ravensbrück et, en 2015, d'entrer au Panthéon. Son humanité ne cesse d'illuminer le monde.

  • La « Caravane des contes » cette fois-ci se rend au royaume des singes.
    Afrique, Asie, Amérique du Sud sont les territoires naturels des singes, dans la nature ou dans les contes. C'est donc au Burkina Faso, en Kabylie, à Bornéo ou encore en Amazonie, où la nuit et les singes vinrent au monde en même temps, que nous convie la « Caravane des contes » pour des aventures à la fois exotiques, mouvementées et pleines de sagesse. Mais ce voyage en compagnie de nos plus proches cousins nous réserve quelques surprenantes haltes européennes, en Normandie, où une jeune bergère intrépide sauva son prince à la face de singe des griffes d'une reine sans coeur, en Bulgarie, en Belgique et en Allemagne, où nous ferons connaissance avec la mystérieuse et facétieuse Queue-de-Singe. Ces contes dénichés aux quatre coins du monde sont traduits pour la première fois en français.

  • Les Histoires de toutes les couleurs font la part belle aux animaux : oiseaux et chevaux, renard et loutre, papillon, chacal, lièvre et scarabée... Mais pas seulement !
    La Caravane des contes nous emporte en Tasmanie, où nous est révélée l'origine de la nuance bleue des feuilles d'eucalyptus, et en Allemagne, où nous apprendrons la raison pour laquelle la neige n'est ni jaune, ni rouge, ni verte. En Amérique du Nord, nous ferons connaissance avec le garçon qui inventa les lumières cuivrées du crépuscule et, à Cuba, nous suivrons les enfants sur la piste de l'arc-en-ciel. Enfin, c'est en Lituanie que nous saurons pourquoi la Lune est moins dorée qu'autrefois et au Liberia pourquoi les hommes ont des couleurs de peau différentes.
    Ces contes dénichés aux quatre coins du monde sont traduits pour la première fois en français.

  • L'Afrique est notre berceau à tous. Si nous sommes là, sur notre bonne vieille Terre, c'est grâce à elle. Elle est notre mère. Elle doit aussi être notre conscience : esclavage, colonisation, apartheid.. sont autant de mots et de maux à ne pas oublier. En même temps qu'à l'Afrique elle-même, à ses paysages, à sa faune, à ses hommes, Marilyn Plénard, en ce sixième épisode des Carnets des merveilles, rend hommage aux Africaines d'hier et d'aujourd'hui, combattantes de chaque instant, qui font de leur vie une aventure du bien commun.

  • La Caravane des contes fait une halte dans le pays des rêves où chaque peuple partage avec le jeune lecteur ses songes les plus secrets.
    L'oiseau Feng, le phénix des légendes chinoises, venu aider un prince à découvrir où se cachait la princesse dont il était tombé amoureux durant son sommeil, s'est mêlé aux créatures, aux animaux et aux hommes que la Caravane des contes a conviés pour un voyage au coeur de la nuit. Ainsi l'oiseau a-t-il rencontré les fées vertes des Cornouailles qui portèrent un gâteau de rêve à une enfant endormie, l'antilope qui échappa à l'appétit d'un cochon grâce au songe d'un singe, le guerrier ojibwa qui, assoupi, eut la vision d'une étoile qui se changea en nénuphar tandis que les soeurs Terre et Eau de la mythologie iroquoise rejoignaient par la route des rêves deux astres qui devinrent leurs maris.

  • Quel enfant, dans la rousseur de l'automne, n'a jamais levé le nez vers le ciel au passage des oies sauvages ? Lequel n'a jamais demandé : « Où vont-elles ? » Lequel n'a jamais eu envie de les suivre ? Les oiseaux ont la part belle pour ce qui est des migrations. Oies, grues, hirondelles... Moins connus qu'elles mais tout autant voyageurs, il y a les faucons crécerelles, et les guêpiers d'Europe à la teinte céleste, et les courlis, les tournepierres, les guifettes. Mais mammifères, terrestres, marins et aériens, poissons, insectes, reptiles, mollusques ne sont pas en reste !
    Migrer pour fuir l'hiver, migrer pour trouver à manger, migrer pour se reproduire... Tels sont les buts de ces animaux nés avec le voyage dans la peau.

  • La « Caravane des contes » fait la part belle aux animaux. Merveilleuses, tendres, drôles ou mélancoliques, les histoires que nous disent les animaux de ce nouveau volume nous emportent jusquau détroit de Behring, où le corbeau nous narre son histoire damour avec loie sauvage, et au Japon, où prennent vie les chats dencre noire dessinés sur les paravents blancs dun temple. De passage en Chine, nous faisons connaissance avec le lézard qui offrit une larme de lumière à son amie de toujours. En Sibérie, nous rencontrons le lièvre intrépide qui risqua sa vie pour sauver le soleil ; en Amérique du Nord, le cheval au poil terne qui donna naissance aux plus beaux chevaux du monde ; et, au Mexique, le puma qui gratifia le colibri de son plumage iridescent. Ces contes dénichés aux quatre coins du monde sont traduits pour la première fois en français.

  • Nos cousins. Les singes. Entre fascination et admiration, Marilyn Plénard nous entraîne cette fois à la rencontre de nos plus proches parents. Quelles sont les menaces qui pèsent sur eux ? Qui sont ceux qui consacrent leur existence à les sauver ? Comment pouvons-nous, nous tous, agir pour les préserver ? Quelles sont leurs joies, leurs peines ? Leurs similitudes d'une espèce à l'autre, leurs ressemblances avec nous ? Mais, surtout, les différences, nombreuses, merveilleuses, enthousiasmantes qui rendent chaque espèce unique ? L'auteur, en 25 textes illustrés de photographies étonnantes, nous fait partager ce qui fait le caractère multiple des singes. Un livre qui se vit comme un retour aux sources.

  • Prodige est une petite fille originaire du Rwanda. Fuyant la guerre et la misère, toute sa famille a émigré en République Démocratique du Congo. Prodige est cependant contrainte de travailler dans une mine de diamants pour aider sa famille à survivre. Mais l'enfant est également chanteuse. Un soir, sur scène, elle donne beaucoup d'elle-même et espère atteindre le succès et la notoriété qui l'aiderait à sortir sa famille de la pauvreté.
    Les auteurs font beaucoup d'ateliers dans des écoles et des bibliothèques : inspiré d'une histoire vraie, ce petit roman permet en effet de sensibiliser les jeunes au problème du travail des enfants dans le monde.

  • La pionnière. Le 16 juillet 1960, une jeune Anglaise de 26 ans débarque dans la forêt du torrent de Gombe en Tanzanie (Afrique de l'Est), pour observer les chimpanzés sauvages. Elle s'appelle Jane Goodall. Jane épie les faits et gestes du chimpanzé David Greybeard. Quelque chose l'intrigue : le singe effeuille une brindille avant de l'enfoncer dans un trou. Jane va inspecter le trou, qui ouvre sur une termitière. La jeune femme a une illumination : ce chimpanzé a utilisé un outil pour pêcher les termites, faisant preuve d'intelligence. « Nous devons à présent redéfinir l'humain, redéfinir l'outil, ou considérer le chimpanzé comme un humain. » déclare alors le primatologue Louis Leakey.

    Une thèse d'éthologie révolutionnaire. L'éthologie est la science du comportement animal. En 1965, Jane soutient sa thèse de doctorat en éthologie. Le corps enseignant est loin d'être enthousiaste. En effet, Jane clame que chaque chimpanzé a sa personnalité. Le docteur Goodall est accusée d'anthropomorphisme, c'est-à-dire d'attribuer aux animaux ces fameuses qualités censées être purement humaines.

    L'aventure de l'enfance. Dès son enfance, le don d'observation de Jane, essence de son génie, est déjà à l'oeuvre... Elle se penche sur le destin des chenilles et des escargots et fonde une société naturaliste, le club Alligator, à la règle stricte : interdit de maltraiter les animaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, Jane se prend d'affection pour le chien Rusty, qui ne la lâche plus d'une semelle, l'évidence lui saute aux yeux : Rusty éprouve des émotions.

    En route ! En 1956, Jane reçoit une invitation... Une amie d'enfance la convie dans sa famille, à la ferme. Mais au Kenya ! L'année suivante, Jane rallie le Kenya en paquebot. Elle contacte un célèbre paléontologue kényan, Louis Leakey. Coup de chance, Louis et son épouse cherchent quelqu'un pour les assister lors de leurs prochaines fouilles. Jane est partante !

    À Gombe. Au lendemain de son arrivée à Gombe, Jane, flanquée de ses guides africains, arpente la forêt pour la première fois. Jane ne voit rien, n'entend rien. Et puis, tout à coup, un cri éclate dans le lointain. Les voilà ! Ils sont seize à grimper dans l'arbre ! Et puis, à nouveau, plus rien. Les singes, cachés dans la verdure, mangent en silence. Après, ils s'en vont, simplement. Jane est submergée par l'émotion. Mais les chimpanzés ne vont pas l'accueillir à bras ouverts. Elle se résout donc à les observer à distance. Au bout de plus d'un an, David Greybeard lui accorde enfin sa confiance. Le travail de Jane Goodall à Gombe - où, désormais acceptée, elle vit « à la chimpanzé » - va faire s'écrouler un à un les préjugés. Cinq ans après s'être installée à Gombe, le campement de fortune de Jane Goodall s'est métamorphosé : le Gombe Stream Research Center est né et il bouillonne de collaborateurs et d'étudiants.

    En route, toujours ! En 1976, Jane fonde l'Institut Jane Goodall, qui soutient l'étude et la protection des chimpanzés et des autres animaux sauvages et la conservation de leur environnement. Au début des années 1990, elle crée l'association Roots & Shoots, « Racines & Pousses », pour la préservation de l'environnement. Son action s'étend à l'aide humanitaire et à l'éducation à l'écologie, rassemblant plus de 150 000 jeunes dans plus de 130 pays. Aujourd'hui, les jeunes possèdent une conscience écologique que n'avaient pas leurs pères.

    En 2002, Jane, l'affirme haut et fort : elle est « la voix du règne animal ». Elle est aussi la voix de ceux qui peinent à se faire entendre, comme les paysans africains : elle s'implique dans l'écotourisme, l'agriculture durable, le développement des infrastructures sociales et sanitaires, écoles et dispensaires. Jane, si elle se sent responsable de l'avenir des singes, ne se sent pas moins responsable de l'avenir des hommes qui les côtoient et qui doivent trouver leur compte dans ses actions en faveur des chimpanzés, pour le bien-être commun.

  • Cette collection a pour but de faire découvrir des contes traditionnels du monde entier. Chaque volume est consacré à un continent ou une zone géographique. Cet ouvrage rassemble des contes du Maroc, d'Algérie, du Tunisie, de Libye, d'Egypte, mais aussi du Sahara et du Sahel.
    L'auteure, Marilyn Plénard est chercheuse et conteuse. Elle a écrit de nombreux ouvrages aux éditions Flies (collection « la caravane des contes » et « les contes des origines »), aux éditions A Dos d'âne (des biographies et un ouvrage sur l'Australie). Aux éditions « A Vol d'oiseaux, elle a précédemment écrit « les Contes d'ailleurs, Océanie ».
    Ce nouveau volume est consacré aux contes traditionnels d'Afrique de nord et du Sahara...

  • Cet ouvrage, hors collection, est une anthologie de contes traditionnels de toutes les régions de France...
    S'il est un mot décrivant parfaitement les contes populaires français, c'est le mot « diversité ». L'humour - originaire du Languedoc, L'oeuf de jument en est un bel exemple - la tendresse - Le Petit Garçon de neige, un conte du Limousin imprégné de nostalgie - le merveilleux, le religieux y font fort bon ménage. Certains terroirs nous sont particulièrement familiers : la Bretagne et ses contes de marins ou l'Alsace et ses démons et autres fileuses maudites tandis que la Corse nous offre son lot de contes moraux. Et n'oublions les terres dont on se souvient soudain des noms avec bonheur. Qu'elles s'appellent Vivarais, Maine ou encore Agenais, elles aussi nous présentent leurs chefsd'oeuvre sur un plateau de papier.
    Voici, réunis en ce recueil, quelquesuns de ces trésors du patrimoine, dont une histoire provençale qui, bien que résonnant en nos mémoires comme une célèbre boutade, n'en est pas moins un conte : Le poisson qui boucha le port de Marseille !
    Après la sortie des différents volumes de la collection « Les Contes d'ailleurs » (10 titres parus à ce jour) regroupant des contes traditionnels des cinq continents, nombreuses ont été les demandes pour un ouvrage exclusivement consacré aux régions de France. Voici chose faite avec ce recueil qui a demandé de nombreux mois de recherche et de travail.

  • Une sélection de contes des différentes îles du Pacifique, de Polynésie et de Mélanésie.

  • Enfant, l'auteur passait ses soirs d'été à admirer un colibric qui n'était autre qu'un moro-sphinx, un papillon de nuit, comme elle le deécouvrira plus tard.
    Devenue depuis journaliste scientifique, Marilyn Plenard n'a de cesse de s'étonner, avec science, des merveilles de la nature.
    Comment l'oryx gazelle, l'antilope du désert du Namib, résiste-t-il à la chaleur accablante ?
    A quoi tiennent les beautés du caméléon-panthère de Madagascar ?
    Pourquoi la migration du papillon monarque américain a-t-elle tout d'une odyssée ?
    Qui est donc la mystérieuse Big Daddy ?
    En 25 textes Marylin Plenard dévoile avec clarté quelques secrets de la nature.
    Une chasse aux trésors qui révèle la poésie et à la magie de la faune et de la flore dont nous avons encore tout à apprendre.
    Pour l'étonnement des petits et des grands.
    De magnifiques photographies illustrent ce parcours captivant.

  • Au rythme des allures du cheval, la Caravane des contes trotte d'un continent à l'autre.
    Tu vas faire connaissance avec quelques-unes des soixante-quinze races de chevaux et tu bondiras en croupe de montures célèbres, comme Pégase, ou inconnues, tel que le merveilleux cheval des Indiens yaqui. Après un détour dans la forge d'un drôle de maréchal-ferrant, tu galoperas à la rencontre de deux cousins du cheval : en Namibie, sur le territoire du zèbre, et en Palestine, où tu prêteras grand l'oreille aux aventures de compère l'âne.

empty