Joseph Danan

  • Dans cet essai critique, Joseph Danan fait le bilan des mutations en cours du texte dramatique. Si l'objet textuel a été transfiguré par la scène au cours des dernières décennies, tour à tour "matériau" ou simple "partition", l'auteur constate qu'il cristallise les tensions d'un monde théâtral en quête de sa définition univoque.

  • Jojo est un enfant rêveur et imaginatif. Il invente une ribambelle de rôles qu'il endosse avec sérieux et les mises en scène qui vont avec. Mais c'est sans compter sur l'autorité de sa mère qui, à chaque fois, met fin à ces jeux étonnants.

  • Dans la continuité de Qu'est-ce que la dramaturgie ? - publié en mai 2010 dans la même collection -, Joseph Danan soulève, dans ce nouvel essai, la question de la place et de l'avenir du texte théâtral face à des spectacles-performances de plus en plus présents sur la scène contemporaine. L'occasion de redéfinir ce qu'est l'art de la performance à travers des artistes majeurs, d'Antonin Artaud à Romeo Castellucci, et de mettre en relief l'avenir de l'écriture théâtrale.
    Joseph Danan mène une triple activité d'écrivain, d'enseignant et de dramaturge auprès du metteur en scène Alain Bézu. Il est professeur à l'Institut d'études théâtrales (Sorbonne Nouvelle - Paris III) où il enseigne la dramaturgie contemporaine. Ses dernières pièces sont éditées chez Actes Sud-Papiers. Son dernier essai, Qu'est-ce que la dramaturgie ?, a été publié chez Actes Sud-Papiers en 2010, et plus récemment L'Atelier d'écriture théâtrale en compagnie de Jean-Pierre Sarrazac (Actes Sud- Papiers, coll. «Apprendre», 2012).

  • Agitant son petit théâtre de marionnettes, Papa joue l'histoire de l'humanité devant les yeux rieurs de son Bébé. 
    3 personnages / 1 h 10

  • Agitant son petit théâtre de marionnettes, Papa joue l'histoire de l'humanité devant les yeux rieurs de son Bébé.

  • L'enfant, bouleversé par la disparition du dodo, l'oiseau massacré par les premiers occupants humains de l'île Maurice, décide de partir sur ses traces.
    Commence alors un long voyage avec, comme rêve ultime, retrouver l'oiseau du sommeil.

  • «Qu'est-ce que la dramaturgie ? Poser cette question aujourd'hui, ce n'est pas seulement tenter de définir une notion dont on sait à quel point elle est fuyante pour qui cherche à s'en approcher : c'est affronter à un état du théâtre ce que l'on a cru savoir : du drame, de l'action - du théâtre même. Qu'en est-il de la dramaturgie quand le théâtre est tenté d'expulser le drame de la sphère ? Quand l'action se délite et se dénigre au point de paraître s'annuler ? Quand le théâtre se fait danse, installation, performance ?» C'est en ces termes que Joseph Danan pose les bases de ses réflexions, dans un essai riche de références et de questions fondamentales sur cette notion en constante expansion, qui concerne tout spectateur et tout lecteur intéressé par l'évolution du théâtre contemporain.

  • Années 1970.
    Cat et Robert, engagés dans un groupuscule révolutionnaire, kidnappent Célia, fille de riches bourgeois auxquels ils réclament une rançon. La victime est séduite par ses ravisseurs (et leurs idéaux), et c'est à trois qu'ils vont braquer une banque pour redistribuer l'argent aux pauvres... mais une femme est tuée. Années 2000. Catherine vit avec Jimmy et leur enfant. Célia réapparaît, faisant ressurgir le passé terroriste et les questions insolubles (peut-on refaire sa vie oe).
    Passé et présent se télescopent. Les protagonistes ont tant changé qu'ils sont devenus de nouveaux personnages, leurs parcours à trente ans d'écart se superposent et s'entremêlent comme dans une partition musicale.

  • Lendemain

    Joseph Danan

    L'histoire commence toujours apre s la fin : on le sait bien. C'est donc au lendemain que commence la pie ce : lendemain de fe te et de liesse, 13 juillet 1998, un pays ce le bre une victoire sportive comme jadis une conque te militaire, dans l'illusion d'une union qu'on pre tend sacre e. Sadwell Hall, lui, a choisi cette nuit pour disparai tre. On est le lendemain de ce myste re autour duquel s'agre gent les e nigmes, et d'abord celle-ci : qui est-il ? On sait seulement qu'il a disparu, et cela suffit pour commencer l'histoire.

    Lendemain s'ouvre comme une enque te policie re, mais c'est une fausse piste c'est d'autres disparitions qui surtout ouvriront la pie ce en mille directions. Les repe res se brouillent, et ce de cor de re cit policier se re ve le biento t pour ce qu'il est : un de cor pour des figures en attente d'une histoire, des ombres pleines de nous-me mes, tout un the a tre qui se replie sur notre pre sent.

    Car ce qu'on lit peu a peu, imperceptiblement, semble une traverse e du the a tre et de notre e poque, double traverse e l'un par l'autre, et l'une par l'autre de visage e. Pie ce de tous les the a tres, et the a tre qui met en pie ces l'e criture me me du the a tre, Lendemain posse de souffle romanesque et lance es lyriques dans une e paisseur qui met au de fi la sce ne de s'en emparer.

    Il faudrait une nuit de the a tre, dit son auteur. On se re veillerait le lendemain, avec cette histoire traverse e joyeusement et terriblement, ces the a tres qui implosent et ces e tres qui cherchent dans la nuit a disparai tre pour renai tre. On serait apre s. On serait maintenant. Dans cette course ample a travers les deux dernie res de cennies, Joseph Danan dessine une ge ne alogie de nos secousses pre sentes, ces terreurs et ces joies qui signent notre appartenance a ces jours, ou les Coupes du Monde de football sont nos e ve nements historiques, qui scandent de sormais notre rapport au temps presque autant que des attentats : ou depuis vingt-ans, rien ne semble avoir eu lieu que cette imminence dont le texte porte la charge et accomplit.

    Et dans l'e criture qui vient porter le fer aux conventions, sociales, politiques, the a trales, une manie re a la fois de s'affronter au pre sent, et un geste qui voudrait de border notre e poque par elle-me me. Puis dans ce geste, on entend ce qui sourd, est latent, tacite, un soule vement possible (et face au refus de faire « miroiter les diffe rentes facettes du cauchemar », une fac on de le de visager, de lui faire face, aussi).

    « Toujours nous serons les habitants de ce lendemain / inhabitable », dit l'Auteur dans la cinquie me partie de la pie ce peut-e tre faut-il le croire, et venir peupler ce qui se le ve autour de nous a mesure que, lisant, nous faisons l'exploration de ce temps impossible qui est le no tre.

  • Thomas joue sa vie entre Genève et Paris, entre Agathe et Marie. Chassés-croisés, fuites en avant. Les chemins se croisent au rythme des allers et retours. La petite Loretta a pris un aller simple. Elle se laisse happer par le monde interlope que Thomas ne fait que frôler... jusqu'à ce que quelque chose se brise. À ces jeux des amours incertaines, le hasard ne fait pas toujours bien les choses : il faut bien qu'un jour le grain de sable se mette de la partie qui se joue. Thomas, lui, a échappé à la mort. Peut-être a-t-il aussi échappé à la vie.

  • Auren a onze ans, pas de papa, une maman, trois copains. Il voudrait jouer avec la petite fille qu'il a rencontrée ; il le veut à tel point que la représentation théâtrale vire au cauchemar. Auren se métamorphose en meurtrier : le dentiste-castor, le grandlézard, le contrôleur-homard et l'inspecteur Pingouin en feront les frais. Fantasmes ou réalité ? Auren doit se délivrer de ses peurs et apprendre à grandir.

  • Notre siècle, qui commence avec l'Eveil du printemps, titre d'une pièce de Wedekind, où l'on avait pu croire à la der des der, risque de se clore par de terribles soubresauts. Un acteur célèbre, d'origine juive, est sauvagement assassiné dans un cimetière de banlieue. Quelques mois auparavant, sa compagne avait été violée.

  • « ... sans bien me rendre compte de ce que je faisais, comme s'il y avait entre moi et le monde l'écran où se déroulait un film, ou mieux, comme si j'étais devenu tout à coup le personnage d'un film, je m'armai d'une bouteille de whisky que je venais de vider, et, comme évoluant dans un univers qui eût été constitué de façon dominante par la musique au détriment de ses autres dimensions, j'emboîtai le pas à l'étrange apparition. Il ne m'est plus possible de continuer à raconter cette histoire à la première personne. » Interrogation sur le réel et les possibles, sur le hasard et la nécessité, Déplacements incertains reparcourt un des mythes les plus parlants de la littérature moderne, celui du voyage dans le temps - voyage aussi dans la mémoire - écho de l'éternel rêve d'Orphée.

  • Joseph Danan et Jean-Pierre Sarrazac, hommes de théâtre, ouvrent la porte de leurs ateliers d'écriture à travers les exercices qu'ils présentent régulièrement à leurs stagiaires.

    Ce précieux vade-mecum s'adresse aussi bien au simple participant, étudiant ou professionnel, qu'au futur animateur d'atelier qui aurait envie de mettre à l'épreuve son écriture. Il est également utile au lecteur qui voudrait appréhender les processus d'écriture dramatique, qui deviendra du même coup un spectateur plus affuté du théâtre contemporain.
    Contrairement à certaines méthodes, ce livre ne prétend pas proposer une formation complète et progressive du métier d'auteur dramatique. L'intention est à fois plus modeste et plus ambitieuse : entrainer directement le lecteur sur les chemins de l'écriture à travers des exercices abordables et ludiques. C'est à travers la pratique de l'écriture, au fil des exercices proposés - qui peuvent également être réalisés de façon indépendantes - que les participants découvrent les enjeux des écritures dramatiques contemporaines.
    Joseph Danan et Jean-Pierre Sarrazac croisent leurs pratiques, en pointant leurs convergences et leurs différences, mais ensemble, se mettent d'accord sur leur volonté de faire vivre leurs ateliers.
    L'objectif est alors de permettre au participant de produire des textes en trouvant son propre geste, de l'amener vers un développement personnel, d'explorer le processus d'écriture théâtrale, enfin, de lui faire acquérir une culture plus riche par la lecture de textes.
    Joseph Danan et Jean-Pierre Sarrazac croisent leurs pratiques, en pointant leurs convergences et leurs différences, mais ensemble, se mettent d'accord sur leur volonté de faire vivre leurs ateliers.

  • Nouvelle édition de la pièce jeunesse de Joseph Danan sur la première des quêtes : apprivoiser la vie. Une pièce pour se délivrer de ses peurs et de ses violences, une pièce pour apprendre à grandir.

  • Pour marquer l'année Corneille, en 2006, Alain Bézu a choisi de monter l'Illusion comique au Théâtre des 2 Rives, à Rouen.
    Le texte intégral de la pièce est ici reproduit tel qu'il a été établi par Joseph Danan et par le metteur en scène, à partir de l'édition originale de 1639. Ce texte annoté, complété des coupes et des variantes, présente pour la première fois une véritable " édition dramatique de l'oeuvre. Il est accompagné de textes écrits à l'occasion de la création ainsi qu'au moment de la première mise en scène par Alain Bézu en 1978, et enrichi d'études inédites sur l'illusion signées Christian Biet et Catherine Treilhou-Balaudé, universitaires spécialistes du XVIIe siècle et de la période baroque.

empty