Agathe Saint-Maur

  • Samuel raconte Lucas - l'amour, le désamour, le sexe après l'amour, l'amour après la mort de Lucas.
    Samuel, d'une bourgeoisie de gauche, et Lucas, d'un milieu populaire, étudient à Sciences Po. La Manif pour Tous défile. Lucas, très engagé aux côtés des « antifas », descend dans la rue avec son bandana rouge au milieu des fumigènes. Il est blessé lors d'une bagarre, il ne survit pas.
    Samuel se souvient de Lucas - de leur rencontre, de leurs hésitations, du désir fou, des jalousies, des ruptures. Car Samuel n'a jamais tout à fait coupé les ponts avec Victoire, qu'il a aimée ; car Lucas s'est laissé séduire par Mélanie aux jambes fines et fuselées.
    Ils n'ont rien pour s'entendre, tout pour se plaire. Ils tombent amoureux et c'est un amour hérissé de violence et de tendresse, qui laisse sur les lèvres un goût de sel et de fumée.

  • "Le rôle de l'éditeur est de faire découvrir de nouvelles voix romanesques. Il est parfois difficile de les entendre, soit parce qu'elles sont loin des codes de lecture, soit parce qu'elles sont trop ténues. Un nouveau roman, c'est la promesse d'entrer dans un nouvel imaginaire et d'être porté par une écriture, un style singulier.
    Les cinq premiers romans que notre comité de lecture a choisi de publier en cette rentrée littéraire de l'année 2021 sont tous des oeuvres de caractère, différentes les unes des autres. À l'heure des barrières sanitaires, la lecture nous est nécessaire pour éviter le repli sur soi. Plus que jamais, comme le disait Simone de Beauvoir, le roman est dans la solitude ou le désarroi « l'un des hauts moyens de communication ».
    Mais ce dont témoignent ces cinq beaux textes c'est à quel point le roman est un art du présent. Milan Kundera, à qui il est justement rendu hommage dans l'une de ces oeuvres, l'a fort bien exprimé : la raison d'être du roman est de tenir « le monde en vie sous un éclairage continuel », qui nous protège contre « l'oubli de l'être ».
    Tout est dit, le rôle des auteurs est bien de nous rendre compte de nos existences à travers notre temps présent ou passé dans la tension de l'écriture et le bonheur que celle-ci peut nous apporter."
    Antoine Gallimard

empty